Afghanistan et université d'été du PS dominent la semaine politique

Publié le par PRG

PARIS, 23 août 2008 (AFP) - La semaine politique sera dominée par l'audition mardi d'Hervé Morin et Bernard Kouchner à l'Assemblée après l'embuscade meurtrière en Afghanistan, puis par l'université d'été du PS en fin de semaine.

Les ministres de la Défense et des Affaires étrangères seront entendus par les commissions de la Défense et des Affaires étrangères, devant lesquelles ils s'expliqueront notamment sur la stratégie française en Afghanistan, où l'opposition avait dénoncé l'envoi récent de renforts français comme une "dérive atlantiste".

Mais Nicolas Sarkozy a été très clair sur le fond, dès le lendemain de l'embuscade qui a coûté la vie à 10 soldats français: pas question de se retirer d'un pays où "se mène le combat contre le terrorisme".

Le président a toutefois promis de tirer "tous les enseignements" de l'attaque, alors que M. Morin a reconnu que les insurgés "sont de plus en plus performants". 55% des Français souhaitent le retrait des troupes françaises, selon un sondage.

Le gouvernement a également promis un débat au Parlement sur l'Afghanistan lors de la session extraordinaire qui débute le 22 septembre, débat qui sera pour la première fois suivi d'un vote sur la présence des troupes françaises, aux termes de la récente révision constitutionnelle.

Le président Sarkozy aura l'occasion de revenir sur ce dossier, et les autres priorités de sa politique étrangère, mercredi lors de la conférence annuelle des ambassadeurs.

A huit jours de la rentrée scolaire, François Fillon visitera lundi avec le ministre de l'Education Xavier Darcos une école à Avrillé (Maine-et-Loire). Il y découvrira le nouveau système de soutien scolaire pré-rentrée, alors que la réforme du primaire et les suppressions de postes d'enseignants ont fait polémique.

Côté partis, la semaine verra la suite des traditionnelles universités d'été. La LCR, qui va se métamorphoser en "parti anticapitaliste" espérant rassembler la "gauche de la gauche", achèvera la sienne mardi à Port-Leucate (Aude).

Le Parti radical valoisien de Jean-Louis Borloo tiendra la sienne samedi et dimanche à Montélimar (Drôme), et le PCF de vendredi à dimanche dans les Landes, même si la vraie rentrée des communistes se fera, comme toujours, à la Fête de l'Humanité (12/14 septembre).

Mais le gros morceau sera l'université d'été du PS, de vendredi à dimanche à La Rochelle, à deux mois et demi du congrès de Reims, et alors que le parti est en pleine interrogation sur la constitution d'une future majorité.

Pour le moment, le brouillard est total. La volonté de François Hollande, premier secrétaire sortant, de "réunir tous ceux qui pensent la même chose" (hormis Fabius et la gauche du parti) ne s'est pas concrétisée.

Au contraire, de nombreux dirigeants se disent "persuadés que Ségolène Royal veut aller jusqu'au bout" et présenter sa propre motion.

Les partisans de Bertrand Delanoë, eux, ne sont pas favorables à une alliance englobant Mme Royal, ni à la désignation d'un premier secrétaire proche, ou même assez proche, d'elle. Le maire de Paris précisera peut-être ses intentions pour sa sortie publique de rentrée, mercredi à Bergerac (Dordogne).

Incertitude aussi côté "reconstructeurs". Pierre Moscovici entend s'imposer comme chef de file d'une motion incluant notamment Martine Aubry et d'autres grands élus. Mais les fabiusiens tiennent absolument à ce que la maire de Lille soit le chef de file de la nouvelle majorité, à laquelle pourrait se joindre la gauche du PS.

L'ex-numéro 2 du gouvernement Jospin a prévu une grosse exposition médiatique juste avant La Rochelle: sortie jeudi d'un livre, avec "20 heures" de France 2 et entretien à L'Express le même jour.

 

bur-so/cs/sh

Publié dans PRGcom

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article