Pour la LCR ( Ligue Communiste Révolutionnaire ), « il y a du grabuge en perspective »

Publié le par PRG

AFP lundi 25 août 2008
Olivier Besancenot appuiera la construction du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) .

À l'université d'été de Port-Leucate (Aude), Olivier Besancenot estime que le capitalisme français est en train de craquer, s'attend à une rentrée chaude et prépare les élections européennes.

Alain Krivine, qui a fondé la LCR voici quarante ans, ne reconnaît pas une bonne partie des visages des 1 300 participants à l'université d'été de Port-Leucate. Et il s'en réjouit. La perspective de la création du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) - nom provisoire - dans lequel va se fondre la LCR, a attiré une nouvelle population de militants qui ne sont pas issus du « club ». Tous sont à l'écoute du devin Olivier Besancenot, lequel croit que, cette fois, la France est mûre pour un changement radical :

« Il y a du grabuge en perspective, parce que le capitalisme et les capitalistes français sont en train de craquer. Ce qu'il leur faudrait, c'est une bonne vieille révolution. »

Le postier de 34 ans a deux objectifs majeurs : le lancement du Nouveau parti anticapitaliste, en janvier 2009, et les élections européennes, au mois de juin. La construction du nouveau parti est déjà bien entamée, dans certaines régions « où les efforts ont déjà donné du succès ». Considéré dans l'opinion comme l'opposant le plus efficace à Nicolas Sarkozy, Olivier Besancenot appuiera la construction du nouveau parti sur une offensive sociale qu'il entend lancer à la rentrée.

Dans la rue

Pour la LCR, c'est dans la rue que ça se passe. Les révolutionnaires estiment que les socialistes sont prisonniers des jeux parlementaires : « Cette gauche-là, fusille Besancenot, trouve toujours mille excuses pour ne pas faire son boulot. Elle ferait mieux de surveiller la droite plutôt que de créer des commissions pour surveiller la LCR. » Celle-ci entend bien engranger des « victoires sociales » à la rentrée, en s'appuyant sur le climat « d'exaspération » des salariés. Y compris sur les événements d'Afghanistan : « Nous proposons à toute la gauche de se voir au plus tôt pour organiser une manifestation et réclamer le retrait des troupes françaises ».S'agissant des Européennes, Olivier Besancenot a précisé que « les discussions ne font que débuter. » Selon lui, le nouveau parti « a intérêt à présenter une liste sous son propre nom ». Reste une question : les militants de la Ligue, qui ont une phraséologie commune, une longue vie commune, des réflexes communs, sauront-ils intégrer de nouveaux venus qui ne sont pas issus de la mouvance révolutionnaire ?

 

Publié dans Article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article