Sénat: la gauche détient désormais 154 sièges sur 343, soit 45% des sièges

Publié le par PRG

PARIS, 22 septembre 2008 (AFP) - La gauche (sénateurs PS, PCF, Verts, radicaux de gauche et divers gauche) a progressé de 27 sièges lors du renouvellement d'un tiers des membres du Sénat dimanche, passant de 127 élus à 154 dans la nouvelle chambre, contre 189 se revendiquant de droite (-14).

Si la droite reste majoritaire, la gauche a gagné beaucoup de terrain et ses élus représentent désormais 45% des sénateurs (contre 38,5% dans la précédente composition de la Haute chambre, qui comptait 12 sièges de sénateurs de moins).

Cette progression, deux fois plus forte que celle escomptée par la gauche comme par la droite, laisse entrevoir un possible passage à gauche du Sénat dès le prochain renouvellement de 2011 --qui se fera pour la première fois par moitié de ses membres-- sans même un changement du mode de scrutin, actuellement défavorable à la gauche.

La composition exacte des différents groupes parlementaires du Sénat ne devrait être connue que le 2 octobre, chaque sénateur ayant jusqu'à cette date pour préciser à quel groupe il veut être rattaché, a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Roger Karoutchi.

Pour l'heure, on compte à gauche: 110 sénateurs PS et apparentés (contre 95), 23 sénateurs communistes et apparentés (=), 11 radicaux de gauche (contre 9, qui siégeaient dans la précédente assemblée avec les radicaux de droite au sein du groupe RDSE), 9 nouveaux élus divers gauche et un nouvel élu régionaliste, classé à gauche.

A droite, on compte désormais, avant répartition plus précise des nouveaux élus, 143 sénateurs UMP (contre 159), 26 centristes (contre 30), quatre radicaux, 3 élus sous l'étiquette "majorité présidentielle" (dont un qui siégeait jusqu'alors avec les centristes), 8 divers droite (dont trois siégeaient au groupe UMP et un qui était non inscrit) et cinq non inscrits, étiquetés à droite.

Publié dans PRGcom

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article