Raymond Barrière a été élu mercredi président du Montauban Tarn-et-Garonne XV par le conseil d'administration du club de rugby en présence Jean-Michel Baylet

Publié le par PRG

MONTAUBAN, 22 octobre 2008 (AFP) - Raymond Barrière a été élu mercredi président du Montauban Tarn-et-Garonne XV par le conseil d'administration du club de rugby, réuni huit jours après avoir mis en minorité et provoqué la démission du président Daniel Havis, a-t-on appris à l'issue du CA.

M. Barrière, ancien président de l'US Montauban amateur jusqu'en 2000 et opposant de M. Havis, a été élu à l'unanimité des présents et présentera les comptes 2007-2008 à la DNACG (Direction nationale d'aide au contrôle et de gestion), a-t-on appris auprès d'un des participants.

Le CA a élu vice-président délégué Patrick Vianco, qui faisait aussi partie des 7 administrateurs (sur 11) de la Société anonyme sportive professionnelle (Sasp) ayant mis M. Havis en minorité. Ce dernier ne participait pas à la réunion mercredi soir.

La nouvelle majorité avait repoussé la semaine dernière le projet de M. Havis, par ailleurs président de la Matmut, de faire réaliser une expertise judiciaire des comptes de la Sasp.

Ils avaient dans la foulée souligné qu'ils faisaient "entièrement confiance aux instances de contrôle et de gestion du rugby français, la DNACG (Direction nationale d'aide au contrôle et de gestion) qui est la seule instance légitime et compétente".

Arrivé à la tête du club en juillet, en prenant 55% du capital, M. Havis estimait le déficit du club 1,3 M EUR pour l'exercice 2007-08, une estimation bien plus alarmante que celle faite par son prédécesseur Patrick Bardot.

M. Havis réaffirmait vendredi dernier que les comptes du club étaient "plombés", tout en se disant prêt à rester au conseil d'administration - mais pas à reprendre la présidence -, à la condition d'avoir un degré de contrôle sur la gestion, de n'être pas pris pour "un père Noël financier".

Le président de la LNR, Serge Blanco, appelait de son côté à "ne pas dramatiser la situation" de Montauban, mais à laisser le club "agir en interne".

"Montauban va continuer son championnat de façon normale. Il ne faut pas condamner avant de connaître les tenants et les aboutissants. Aucune sanction n'est prévue à ce jour", disait Blanco, écartant le spectre d'une rétrogradation financière.

Les protagonistes du club ont renoué des contacts ces derniers jours sous l'égide de la LNR, de la maire Brigitte Barèges (UMP) et du président du conseil général Jean-Michel Baylet (PRG) pour trouver une sortie de crise.

Le nom de Jean-Charles Bordaries (président du festival Jazz à Montauban) a été cité comme un président de consensus possible, mais il est venu indiquer mercredi au CA qu'il n'était pas candidat, a-t-on appris à l'issue de la réunion.

Publié dans dépêche sur le PRG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article