Fabius marque son "accord" avec Delanoë et Hamon sur les alliances

Publié le par PRG

REIMS, 15 novembre 2008 (AFP) - Laurent Fabius a marqué samedi son "accord" avec Bertrand Delanoë et Benoît Hamon, nommément cités, sur "l'ancrage à gauche" et le refus des alliances avec le centre car le choix des alliances donne ou non "sa crédibilité" à une ligne politique.

"Un congrès est fait pour choisir une ligne politique. Une ligne politique est inséparable des alliances parce que ce sont elles qui donnent ou retirent sa crédibilité à une ligne politique", a déclaré l'ancien Premier ministre à la tribune du Congrès de Reims.

"Je veux être clair: j'ai entendu Bertrand Delanoë, j'ai lu la motion de Benoît Hamon, et sur ce point je veux dire notre propre plein accord: nous devons affirmer notre ancrage à gauche et dire explicitement que nous refusons toute alliance avec le centre", a ajouté Laurent Fabius, déclenchant à ce moment un tonnerre d'applaudissements.

Selon le député de Seine-Maritime, "il y un point sur lequel les congrès socialistes n'ont jamais transigé, c'est la nécessité de l'ancrage à gauche et ce point n'est pas discutable entre nous". "C'est notre conviction profonde et c'est la seule stratégie gagnante", a-t-il ajouté.

Parlant de la crise financière et économique, M. Fabius a affirmé que les socialistes sont "à cent lieues de l'analyse du Président de la République, nous sommes très éloignés de ce que (pense) le MoDem, nous participons, même s'il y a des nuances (entre nous, ndlr), à l'analyse sociale-démocrate" selon laquelle "c'est bien la répartition injuste des richesses qui est à l'origine de la crise".

Dessinant implicitement, tout au long d'un discours de 15 minutes environ, le contenu de la synthèse à opérer entre les motions Aubry, Delanoë et Hamon, M. Fabius a enfin estimé que la présidence de Nicolas Sarkozy n'était "pas seulement une hyperprésidence mais une autocratie, un gouvernement du président, par le président, pour le président".

Publié dans dépêche PS

Commenter cet article