Aubry veut la "renaissance" du PS après le Congrès délétère de Reims

Publié le par PRG

PARIS, 2 décembre 2008 (AFP) - La nouvelle première secrétaire du PS Martine Aubry a délivré mardi un message d'unité et d'encouragement aux députés socialistes, sonnés après le Congrès délétère de Reims, martelant qu'elle a besoin d'eux pour une "renaissance" du parti.

"C'est la fin de notre Congrès, on redémarre", a-t-elle lancé lors de cette réunion à l'Assemblée avec le groupe SRC (PS, radicaux et divers gauche, 204 élus), la première depuis son accession à la tête du PS.

La numéro un socialiste a ainsi vu un "symbole de renaissance" dans la nette victoire du socialiste François Deluga sur un candidat UMP dans une législative partielle dimanche en Gironde: "après notre Congrès, la gauche est là".

"Le PS a besoin de vous collectivement (...) j'ai besoin de chacun d'entre vous", a-t-elle dit aux députés du groupe quasiment au complet, dans un exercice de "câlinothérapie".

Au premier rang, François Hollande, prédécesseur de Mme Aubry, qui a dirigé le PS pendant 11 ans.

Egalement présents Manuel Valls et Delphine Batho (proches de Ségolène Royal), mais aussi Elisabeth Guigou, Pierre Moscovici, Daniel Vaillant ou Jean Glavany (partisans de Bertrand Delanoë).

Pour la nouvelle première secrétaire, le PS, "ancré à gauche et profondément renouvelé", "doit redevenir la maison commune" de tous les socialistes, réunissant les "forces", les "compétences" et les "talents" au sein du parti.

Voyant dans l'unité la "garantie de notre succès", la maire de Lille a appelé les socialistes à parler d'"une même voix, quel que soit le sujet", citant le débat sur la crise financière qui avait "mal démarré".

Traçant la feuille de route, Mme Aubry a martelé : "nous devons anticiper, définir une position et la défendre tous ensemble" car "la crédibilité d'un parti, c'est la force de la dénonciation, mais aussi la force de la proposition".

Exhortant à "travailler mieux entre le parti et les groupes parlementaires", Mme Aubry, ni députée ni sénatrice "comme les autres candidats au poste de premier secrétaire", a appelé à "travailler en commun avec les permanents du parti".

Ainsi, les deux présidents de groupe (Assemblée et Sénat) devraient assister au secrétariat national toutes les semaines. "Je serai là autant que possible", a-t-elle promis.

En l'accueillant dans "cette maison (qui) est la tienne", le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, a dit vouloir "avec toi, Martine", "tourner la page des temps compliqués que nous venons de traverser".

Allusion à des manifestations d'indiscipline au sein du parti, M. Ayrault a souhaité que "désormais, les (décisions) de vote soient pleinement respectées par les membres du groupes".

Pour le patron des députés PS, "ce n'est pas ici" que le "pouvoir" trouvera de "nouvelles recrues gouvernementales" alors que des noms de socialistes (comme celui de Manuel Valls...) circulent pour un éventuel approfondissement de "l'ouverture" sarkozyste.

Signe du retour à la "confiance" et à la "convivialité" qu'elle appelle de ses voeux, Mme Aubry a offert en cadeau d'anniversaire deux livres de l'écrivain japonais Murakami au député "royaliste" de la Nièvre, Gaëtan Gorce.

André Vallini a salué l'intervention "positive" et "tonique" de la nouvelle patronne.

Selon lui, le Congrès de Reims ne doit "plus être qu'un mauvais souvenir". "Je rassure la droite, l'opposition est en train de se remettre en état de marche", a-t-il conclu.

Publié dans dépêche PS

Commenter cet article