Travail dominical:"provocation" pour le PS, "haine anti-sociale" pour le PCF

Publié le par PRG

PARIS, 11 décembre 2008 (AFP) - Les députés de l'opposition ont exprimé leur mécontentement après que Nicolas Sarkozy eut imposé jeudi à sa majorité que l'examen du texte sur l'extension du travail dominical commence mardi prochain, une "provocation" pour le PS, alors que le PCF évoque une "haine anti-sociale".

"Le président de la République provoque le Parlement ? Chiche !", lance le socialiste Christian Eckert qui est à l'initiative d'une tribune intitulée "Yes week-end!" signée par plus de 120 députés de gauche (PS, PCF, Verts, PRG) et publiée jeudi dans Libération.

"Le Président a tranché, le Parlement doit être aux ordres et sera finalement saisi le mardi 16 décembre pour commencer à examiner ce texte", relève M. Eckert dans un communiqué.

"Si besoin, les députés de gauche siégeront le dimanche 21 décembre, voire le jour de Noël, car ils ont bien l'intention de s'opposer à cette loi dangereuse", prévient-il.

"De très nombreux amendements feront échec au texte ou en réduiront la portée", conclut-il.

"C'est donc le président de la République en personne qui, ravalant du même coup son premier ministre au rang d'exécutant, dicte aux députés l'ordre du jour de leurs travaux", fustigent les députés communistes dans un autre communiqué.

"C'est proprement scandaleux de voir ainsi le parlement mis sous tutelle de l'Elysée contre la volonté exprimée par tous les députés de l'opposition et par plusieurs dizaines d'élus de l'UMP qui s'opposent à ce projet", ajoutent-ils.

L'inscription de la proposition de loi Mallié (UMP) à l'ordre du jour de l'Assemblée le mardi 16 décembre a officiellement été annoncée jeudi soir par Marc Le Fur, par ailleurs principal opposant à l'UMP au travail du dimanche, qui présidait la séance

Publié dans dépêche sur le PRG

Commenter cet article