Dieudonné invite le négationiste Robert Faurisson sur la scène du Zénith de Paris.

Publié le par PRG

PARIS, 29 décembre 2008 (AFP) - Le parquet de Paris a ouvert lundi une enquête préliminaire après une nouvelle provocation de l'humoriste Dieudonné, qui a invité le négationniste Robert Faurisson sur la scène du Zénith de Paris.

Dieudonné a déclenché vendredi soir une ovation en l'honneur de M. Faurisson, accueilli sur scène par une accolade. Un "prix de l'infréquentabilité et de l'insolence" a également été remis à l'historien, condamné pour ses thèses niant la Shoah, par une personne déguisée en déporté juif.

"Vos applaudissements vont retentir assez loin (...). Votre présence ici et notre poignée de main sont déjà un scandale en soi", a ironisé Dieudonné devant 5.000 spectateurs, dont plusieurs membres du Front national.

"Tu nous dis +J'ai fait le con+ (le titre du nouveau spectacle de Dieudonné, ndlr). C'est sûr, mais ce soir tu es vraiment en train de faire le con!", lui a répondu M. Faurisson.

"C'est même la plus grosse connerie que j'ai faite mais la vie est trop courte. Déconnons et désobéissons le plus vite possible!", a enchaîné Dieudonné, sous de nouveaux applaudissements nourris.

Le parquet de Paris s'est saisi de cette affaire lundi en fin de journée, en ouvrant une enquête préliminaire "aux fins de vérifier dans quelles conditions Dieudonné Mbala Mbala a remis" ce prix, a-t-il annoncé dans un communiqué.

L'enquête a été confiée aux policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Elle aura "pour objet de déterminer si les délits de contestation de crime contre l'humanité commis au cours de la Seconde guerre mondiale ou d'injures antisémites ont été perpétrés à cette occasion", a expliqué le parquet.

L'invitation lancée à M. Faurisson a suscité un tollé du monde politique et associatif.

La ministre de la Culture Christine Albanel s'est déclarée "consternée" par cette "provocation" qui "heurte et blesse à nouveau les mémoires".

Benoît Hamon, porte-parole du PS, a qualifié l'humoriste de "faussaire de l'humour" et a appelé à une "réaction ferme" des pouvoirs publics et à une "vigilance collective accrue" contre le racisme et l'antisémitisme.

Dominique Paillé, porte-parole de l'UMP, a dénoncé "le comportement scandaleux" de Dieudonné.

La tonalité a été la même du côté des associations. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) s'est élevé contre une "mascarade odieuse" qui "fait honte à notre pays". L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a estimé que Dieudonné montrait "qu'il était bien un nouveau leader de l'extrême droite, en choisissant d'honorer Robert Faurisson".

SOS Racisme a jugé que "ce qui s'est déroulé au Zénith de Paris (...) ne peut être considéré comme une simple +provocation+" et y a vu "l'affirmation d'une ligne politique - fût-elle brouillonne - d'extrême droite". La Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a exprimé son "dégoût".

La cour d'appel de Paris avait confirmé le 26 juin la condamnation de l'humoriste pour avoir assimilé en 2005 la mémoire de la Shoah à de la "pornographie mémorielle". La cour d'appel l'avait également condamné le 15 novembre 2007 pour avoir tenu en 2004 des propos où il comparait les "juifs" à des "négriers".

Robert Faurisson, souvent condamné pour négationnisme, fait l'objet d'une nouvelle enquête judiciaire pour avoir qualifié l'Holocauste de "religion officielle" qui "continue d'abuser des millions de gens par des procédés grossiers".

Publié dans PRGcom

Commenter cet article