Voeux: Sarkozy "déterminé" à réformer, sur fond de chômage et de crise de l'hôpital

Publié le par PRG

PARIS, 31 décembre 2008 (AFP) - Sur fond de polémique autour du fonctionnement de l'hôpital et de bond du chômage en fin d'année, Nicolas Sarkozy devait redire aux Français, en leur présentant ses voeux mercredi soir, qu'il reste "déterminé à poursuivre les réformes".

"Cette crise, il faut l'utiliser pour moderniser la France", et réformer pour "construire finalement un monde nouveau", a commenté un proche du chef de l'Etat, le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre, avant la traditionnelle allocution radio-télévisée de nouvel an retransmise à 20h00.

Au lendemain de son retour du Brésil, où il a passé quelques jours de repos, M. Sarkozy s'adressera aux Français pendant une dizaine de minutes.

Le chef de l'Etat, dont la dernière allocution télévisée remonte au 30 juin, à la veille de sa présidence du Conseil européen, s'exprimera dans la bibliothèque située au rez-de-chaussée du palais présidentiel, cadre de sa photo officielle.

Selon l'Elysée, le président souhaite être "positif, lucide et précis", le format de l'émission l'obligeant "à un discours court et riche".

Il compte redire que le pays doit "sortir plus fort de la situation difficile" dans laquelle l'a plongé la crise financière. Il réaffirmera sa "détermination à poursuivre les réformes" en insistant sur l'hôpital, la formation professionnelle, la justice, les échelons territoriaux, la recherche et l'enseignement.

Exercice délicat pour M. Sarkozy: si sa présidence de l'UE, qui prend fin à minuit, et sa gestion des crises (financière, Caucase) ont été saluées et lui ont permis de remonter nettement dans les sondages, 2008 se termine sur une forte hausse du chômage (+3,2% en novembre et 8,5% sur un an).

Selon Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste, il s'agit de la "plus forte hausse" de l'histoire du pays.

2009 s'annonce pleine de nuages: l'Insee prévoit le basculement de la France dans la récession pour la première fois depuis 1993.

Autre casse-tête: le fonctionnement de l'hôpital. La mort, dimanche, d'un homme de 57 ans exigeant des soins cardiaques, mais qui a attendu plusieurs heures avant d'être hospitalisé, faute de lit disponible, a relancé une polémique provoquée par la mort d'un enfant de trois ans, quelques jours plus tôt.

Syndicats et partis de gauche mettent en cause le manque de moyens, gouvernement et majorité appellent à une meilleure organisation de l'hôpital.

Le président aura l'occasion d'évoquer cette question, le 9 janvier à Strasbourg, où il ira inaugurer le nouveau CHU, selon l'Elysée.

"Déterminé", le président se veut aussi relativement confiant. "Je ne pense pas que la France soit fragile, je pense que la France est éruptive, ce qui n'est pas la même chose", confiait-il récemment, remarquant qu'"en général", les crises "n'arrivent pas quand on les attend".

Sur le plan extérieur, M. Sarkozy veut continuer à peser dans les relations internationales, notamment entre Israéliens et Palestiniens.

En plein embrasement à Gaza, le chef de l'Etat recevra jeudi Tzipi Livni, ministre des Affaires étrangères israélienne puis le lendemain, Saad Hariri, chef de la majorité parlementaire libanaise. Du Brésil, il avait déjà eu des entretiens téléphoniques avec Hosni Moubarak, président égyptien, et Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne.

 

npk/paj-cgd/ds

Publié dans dépêche UMP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article