Quand Peilon (PS) a perdu une occasion de se taire!

Publié le par PRG

PARIS, 1 janvier 2009 (AFP) - Yves Jégo (UMP), secrétaire d'Etat chargé de l'Outre-Mer, a dénoncé jeudi "un exercice d'hypocrisie" après les propos de l'eurodéputé socialiste Vincent Peillon, bras droit de Ségolène Royal, qui a appelé à "l'unité nationale" face à la crise.

M. Jégo y voit un "exercice d'hypocrisie de la part de celles et ceux qui ont refusé de soutenir depuis le mois de septembre toutes les mesures de soutien à l'économie proposées par le gouvernement".

"Comment les socialistes et M. Peillon peuvent-ils espérer être crédibles dans cet appel tardif à l'unité nationale alors qu'ils se révèlent incapable de faire l'unité dans la seule rue de Solférino?", poursuit-il.

M. Peillon a appelé jeudi à "l'unité nationale" face à la crise, estimant que le président Nicolas Sarkozy devrait discuter avec les syndicats et les partis d'opposition, plutôt que de chercher un "gouvernement d'union nationale" à travers des "débauchages".

Publié dans dépêche PS

Commenter cet article

Michel Cavallier 02/01/2009 10:42

Yves Jégo n'est pas hypocrite lui, il est bête, sans vouloir l'insulter. Ce que j'ai compris des propos de Vincent Peillon c'est que les grands sujets d'intérêt général devraient faire l'objet d'une vraie concertation, peut être même d'une co production , si chère à Jean François Copé (entre Parlement et gouvernement), afin qu'une réelle unité nationale permette de rassembler au delà des clivages politiciens. Cette démarche n'est pas celle du gouvernement actuel qui refuse les amendements, fait son texte et demande à l'opposition de s'y rallier au nom de l'unité nationale. Gouvernement qui confond consultation et concertation avec les syndicats de salariés. La nuance est de taille entre les deux démarches, et si Yves Jégo ne la voit pas il devrait penser à prendre sa retraite et à se reconvertir dans un métier qui fasse moins appel à l'intelligence. Ou alors c'est lui l'hypocrite, comme souvent c'est celui qui dit qui y est !