Tramway Clichy-Montfermeil: le tracé reste discuté mais Amara annonce un calendrier

Publié le par PRG

MONTFERMEIL, 19 janvier 2009 (AFP) - La secrétaire d'Etat à la politique de la Ville Fadela Amara a annoncé lundi une "mise en route en 2015" du décrochement de la ligne de tramway T4 devant désenclaver Clichy-sous-Bois et Montfermeil (Seine-Saint-Denis) alors que son tracé fait toujours débat.

Ce projet défendu d'une même voix depuis 2003 par les maires des deux villes, Claude Dilain (PS) et Xavier Lemoine (UMP), conditionne la réussite, ou non, de la plus grosse opération de rénovation urbaine menée en France (550 millions d'euros).

"Le dossier a avancé, un calendrier a été arrêté pour une mise en route en 2015", a déclaré la secrétaire d'Etat à la sortie d'une "réunion technique" qu'elle avait convoqué.

Elle a reconnu cependant l'absence de consensus sur le tracé, en raison de désaccords persistants entre les villes de Clichy et Montfermeil d'un côté, Livry-Gargan et Pavillons-sous-Bois de l'autre.

Mme Amara a pressé le syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) de "prendre la décision du tracé" dans le sens "d'un choix le plus consensuel possible" et en a appelé "à la responsabilité de tous les élus", estimant que "ce n'est vraiment pas supportable et acceptable d'attendre trop longtemps".

Le Stif était absent, comme le Conseil général. "Nous faisons pour accélérer le processus. 2015, c'est déjà cinq ans de gagnés sur le calendrier", a fait observer à l'AFP un collaborateur de Jean-Paul Huchon, qui "prévenu au dernier moment (vendredi à 19H00)" de cette réunion, était "retenu" ailleurs.

En décembre, les maires de Clichy et Livry-Gargan se sont entendus pour abandonner les deux scénarios concurrents étudiés jusqu'ici par le Stif et demander de nouvelles études en lien avec le projet de désengorgement de la RN3 (grâce à une voie dédiée aux bus), qui traverse la Seine-Saint-Denis de la Porte de Pantin à Vaujours.

Le maire de Clicly a fait part de son "espoir" de lever le "blocage" portant selon lui "sur 300 m d'un tracé de 4 km" tandis que Alain Calmat, maire DVG de Livry-Gargan, dénonçait "un télescopage entre la volonté de la ministre qui fait de la communication et la réalité des problèmes". Dans ce dossier, "l'attente est artificiellement entretenue", estime-t-il.

shu/jag/DS

Publié dans PRGcom

Commenter cet article