Lundi, les quatre parlementaires gersois dont les sénateurs PRG, ensemble, devraient rencontrer le ministre Patrick Devedjian

Publié le par PRG

Sud  Ouest le 27 Février 2009

Pas facile de mettre la main sur le ministre en charge du plan de relance en ces temps de crise. Et pourtant, les sénateurs radicaux gersois ont réussi à obtenir de Patrick Devedjian un rendez-vous, lundi matin 9 h 30, dans son bureau tout près de Matignon. Après quinze jours de demandes, Raymond Vall et Aymeri de Montesquiou ont « arraché » le précieux sésame. La nouvelle est tombée, hier, en fin d'après-midi.

Du coup, les quatre parlementaires gersois devraient se rendre, ensemble, à Paris pour parler du fameux plan de relance et tenter d'obtenir un peu plus que le 0,04 % de l'enveloppe nationale débloqué pour le département... Soit 5, 6 millions d'euros seulement.

Ce chiffre leur est resté en travers de la gorge. Eux qui s'étaient déjà retrouvés dans le bureau de Philippe Martin, quelques heures après Noël 2008, pour préparer un mémorandum commun et montrer au gouvernement leur union face à la crise.

La 124 au coeur de l'entrevue


Hier en fin de journée, Raymond Vall a donc contacté Gisèle Biémouret et le président du Conseil général pour leur proposer l'invitation. « Il faut que toutes les sensibilités soient évidemment représentées, que nous affichions notre force comme ce fut le cas en fin d'année 2008 », explique le sénateur PRG.


Quelques minutes plus tard après avoir appris la nouvelle, Philippe Martin assurait qu'il ferait tout son possible pour être présent. « A priori, bien sûr, j'y serai [...]. Car c'est le plus important. »

Les parlementaires souhaitent surtout axer la discussion sur la nécessité d'une aide urgente pour la RN 124. « C'est le premier acte fort de désenclavement du Gers », martèle Raymond Vall. Peut-être, cette fois, seront-ils entendus par le ministre qui connaît si bien le département.

Auteur : Jean-Charles Galiacy

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article