La fusion de Banque Populaire et de Caisse d'Epargne

Publié le par PRG

PARIS, 26 février 2009 (AFP) - Caisse d'Epargne et Banque Populaire, qui ont officialisé jeudi leur union, vont former un mastodonte bancaire à l'organisation complexe, avec près de 120.000 salariés et 7.700 agences en France, au service de 34 millions de clients.

 

STRUCTURE

La fusion concerne les organes centraux des deux banques, dont les réseaux d'agences resteront séparés et garderont leur marque.

Le futur groupe n'a pas encore de nom.

S'agissant du périmètre, il inclura Natixis, leur filiale commune qui est cotée en Bourse, et certaines filiales ou participations appartenant à l'un ou l'autre, comme Océor, CNP Assurances ou GCE Assurances.

Mais, faute de pouvoir leur donner un juste prix, les filiales immobilières, soit Crédit Foncier et Nexity côté Caisse d'Epargne et Foncia côté Banque Populaire, vont être laissées temporairement en dehors.

 

PLACE DE L'ETAT

Dans le cadre du plan de soutien aux banques, l'Etat a déjà prêté en décembre 2 milliards d'euros aux deux banques, qu'elles ont reversés à Natixis. Il va en outre souscrire des actions préférentielles pour un montant maximum de 5 milliards d'euros. Ces actions de préférence pourront être convertibles en actions ordinaires dans un délai de trois ans, conduisant l'Etat à détenir jusqu'à 20% des actions du nouveau groupe.

 

GOUVERNANCE

Le groupe fusionné sera gouverné par un directoire (5 membres) et un conseil de surveillance (18 membres). François Pérol, secrétaire général adjoint de l'Elysée, accédera à la présidence de son directoire d'ici la fin juin, après le vote de la loi entérinant la fusion.

Dans l'intervalle, il dirigera en parallèle les deux banques, dont les dirigeants ont démissionné.

Philippe Dupont, le patron de Banque Populaire, prendra la première présidence du conseil de surveillance, pour une durée de deux ans. Elle reviendra ensuite à un Ecureuil.

 

AGENCES

Le nouveau groupe totalisera 7.700 agences, ce qui les placera en troisième position, derrière le Crédit Agricole et la Banque Postale.

 

EFFECTIFS

Il emploiera 110.000 collaborateurs.

La fusion pourrait se traduire par la suppression de 1.200 à 2.000 postes, principalement au niveau des fonctions centrales, selon les syndicats.

Par ailleurs, Caisse d'Epargne a dans ses cartons un plan visant à supprimer 4.500 emplois qui est pour l'instant gelé, dans l'attente de la fusion.

 

CLIENTS

Il comptera 34 millions de clients, détrônant la Banque Postale (29 millions) et le Crédit Agricole (26 millions).

 

DEPOTS

Fin 2007, 358 milliards d'euros étaient déposés sur les comptes de Caisse d'Epargne et 100,4 milliards sur ceux de Banque Populaire.

A eux deux, ils réuniront 22% des dépôts des banques françaises parmi lesquelles le Crédit Mutuel restera la plus riche.

 

COURS

Aucun des deux groupes n'est coté en Bourse. Seule leur filiale Natixis l'est. Son action valait 19,55 euros pour sa première cotation, mais vaut désormais à peine plus d'un euro.

 

 

Publié dans PRGcom

Commenter cet article