Baylet PRG: Le gouvernement est impuissant.

Publié le par PRG

PARIS, 20 mars 2009 (AFP) - Laurent Fabius, député PS de Seine-Maritime, sur Europe 1 : "Je crains que de la part du gouvernement il y ait une politique de pourrissement, c'est-à-dire qu'il se dise : +on va laisser faire, comme ça il va y avoir des dérapages et les gens vont avoir besoin d'ordre+".

"Il faut que, à partir de cette situation qui est quand même extrêmement grave, le gouvernement bouge" et entre "dans une nouvelle négociation" avec les syndicats.

"Si le gouvernement ne bouge pas, il y a le risque, et je le crains, qu'il y ait une révolte".

"Ce qui m'a frappé c'est que la manifestation était beaucoup plus tournée contre le gouvernement que contre la crise (...) Cette fois-ci c'était vraiment une combativité très forte avec en particulier le thème de l'injustice fiscale".

L'ancien Premier ministre a demandé à l'exécutif d'"au moins suspendre" le bouclier fiscal et la défiscalisation des heures supplémentaires.

- Daniel Cohn-Bendit, co-président du groupe Verts au Parlement européen, sur i-Télé : "Ce qui était fascinant dans la manifestation hier c'était l'envie des gens d'être ensemble (...) Il y avait une angoisse et une bonne humeur en même temps".

Le gouvernement doit "répondre à l'urgence sociale on ne peut pas dire on a un plan ça va marcher" alors qu'"il y a 30-35% de la société française qui ont besoin aujourd'hui d'une aide".

"L'autisme en politique, l'autisme d'un gouvernement, ça ne marche pas parce qu'on ne peut avancer qu'avec la société, qu'avec les gens".

Selon lui, François Fillon "ne tiendra pas longtemps" dans le refus de suspendre le bouclier fiscal.

- Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche (PRG) vendredi dans un communiqué : "Face à trois millions de manifestants soutenus par plus de 65% des Françaises et Français, le Premier ministre s'est frileusement abrité derrière la crise mondiale, l'impuissance de l'actuel gouvernement est devenue éclatante".

"Il est urgent que vienne le temps d'une politique de relance répondant à des critères d'efficacité sociale autant qu'économique, sinon le mois de mai sera celui de la colère sociale, personne ne doit en douter".

Publié dans dépêche sur le PRG

Commenter cet article