Larcher fait un geste vers la gauche

Publié le par PRG

Le Figaro le 8 Avril 2009

Le président de la Haute assemblée multiplie les initiatives pour améliorer l'image de l'institution.

En ces temps de crise, le Sénat juge prudent de poursuivre sa politique des «petits gestes» à l'attention de l'opinion. Le président de la Haute assemblée, Gérard Larcher, a annoncé mardi de nouvelles mesures destinées à améliorer l'image du Sénat. L'institution a en effet été la cible de vives critiques à l'automne dernier, lors de la polémique sur l'appartement mis à la disposition de son ancien président, Christian Poncelet. Ainsi, en matière de déontologie, les sénateurs qui acceptent l'invitation à un voyage à l'étranger payé par une entreprise devront désormais en informer préalablement leurs pairs.

Cette mesure d'encadrement du lobbying s'ajoute à la fin de plusieurs pratiques controversées, décidée voilà trois mois. Le Sénat ne consentira plus de prêts immobiliers sans intérêt aux sénateurs et à ses agents. Les chiffres clés de la gestion financière et comptable de l'institution seront accessibles sur son site Internet. Et le Sénat restituera désormais à l'État la part de la dotation que ce dernier lui verse chaque année pour son fonctionnement qui n'aura pas été utilisée.

 

Plus dur pour Matignon

 

Surtout, Larcher a fait un nouveau geste envers la gauche en lui attribuant un siège supplémentaire (trois sénateurs au lieu de deux) au sein des commissions mixtes paritaires (CMP) chargées de trouver un accord entre l'Assemblée nationale et le Sénat sur les textes de loi. Cette décision, qui tire les conséquences de la poussée de la gauche aux sénatoriales de septembre 2008, est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement. L'UMP ne dispose plus que d'une majorité relative au Sénat. Il va donc devenir plus difficile à Matignon d'avoir le dernier mot sur une disposition législative controversée. Le concours d'un des groupes charnières du Sénat - les centristes, voire leurs collègues radicaux du Rassemblement démocratique, social et européen - est devenu indispensable au gouvernement. Et les escarmouches risquent de se multiplier.

Pour la désignation du successeur de Jean-Pierre Elkabbach, la sénatrice Catherine Tasca, présidente de la commission de sélection du PDG de Public Sénat, a transmis à Gérard Larcher le nom des deux candidats désignés à l'unanimité des membres de la commission de sélection : Gilles Leclerc et Claude Sérillon. Le président présentera son choix à l'approbation du bureau qui devrait se tenir le 29 avril.

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article