Européennes: Le PS en mauvaise posture

Publié le par PRG

Le JDD.fr
A ll'approche des élections européennes, qui se tiendront le 7 juin prochain, les sondages sur les intentions de vote se font plus nombreux... et peu flatteurs pour le Parti socialiste, toujours devancé par l'UMP. Une situation que la rue de Solférino espère bien inverser en tentant de rassembler le parti, quitte à ce que Martine Aubry fasse meeting commun avec Ségolène Royal.
Parti socialiste en mauvaise posture pour les élections européennes. C'est ce que semblent indiquer les derniers chiffres sur le scrutin du 7 juin prochain. D'après un sondage OpinionWay réalisé pour Le Figaro et LCI, l'UMP devance le PS, avec 28% des intentions de vote, contre 23% pour le parti de la rue de Solferino. Le Parti socialiste se trouve handicapé par les autres forces de gauche, dont la liste Europe Ecologie portée par Daniel Cohn-Bendit et José Bové, qui parvient à réunir 10% des intentions de vote des sondés, soit deux points seulement de moins que le Modem de François Bayrou. Si la concurrence à gauche gêne les socialistes, ce n'est pas le cas de l'UMP, qui ne connaît pas de véritable challenger à droite.

Un changement de cap

Afin de mieux faire face à la concurrence, les socialistes ont donc décidé de révolutionner leur stratégie de campagne. La direction du PS ne veut plus ajouter les divisions internes au parti à celles déjà bien visibles de l'ensemble de la gauche, pour ne pas égarer trop d'électeurs. Selon des informations recueillies par Europe 1, Martine Aubry, secrétaire du PS, aurait proposé à Ségolène Royal de faire un meeting commun le 27 mai à Nantes. Un changement radical dans la ligne de campagne adoptée jusqu'à présent par les socialistes, et qui consistait à ignorer superbement
les déplacements et les prises de parole de l'ancienne candidate à l'élection présidentielle. Ce sreait la première fois depuis le le Congrès de Reims, en novembre dernier, que les deux femmes apparaîtraient côte à côte devant les caméras. Il semblerait que Ségolène Royal n'ait pas encore répondu à cette proposition, qui prévoirait également un défilé commun de tous les socialistes le 1er mai prochain à Paris.

Une élection qui peine à passionner

Une nouvelle stratégie qui viserait donc à rassembler les électeurs socialistes lors d'un scrutin qui semble bien peu passionner les Français. Selon le sondage OpinionWay, seuls 49% des électeurs se déclarent certains d'aller voter le 7 juin. Un chiffre plutôt faible, mais qui s'avèrerait tout de même supérieur à celui du scrutin de 2004. Quant aux personnes qui iraient voter, elles ne se détermineraient pas en fonction de la manière dont est dirigée l'Union européenne, mais par rapport à des enjeux nationaux. Toutefois, selon le Figaro, "la tentation d'un vote sanction reste minoritaire". C'est pourtant ce que souhaite le Parti socialiste, faire du 7 juin un vote "anti-Sarkozy". Une stratégie partagée par tous les partis de gauche qui pourrait se montrer payante, mais qui ne réunit pour l'instant que 38% des Français.

Publié dans Article sur le PS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article