Tapie réaffirme que la politique ne l' interesse plus

Publié le par PRG

Le Point le 22 Avril 2009

Bernard Tapie prépare activement son retour. Sorti vainqueur de l'arbitrage qui l'opposait à ses anciens banquiers dans l'affaire Adidas et bientôt officiellement renfloué, l'ancien ministre et homme d'affaires sort de sa réserve pour révéler dans Le Point de cette semaine l'essentiel de ses projets.

Il évoque l'écriture d'un "énorme show" qu'il montera et interprétera en 2010, ainsi que la création prochaine d'un site Internet qui "livrera à tout le monde les tuyaux dont seuls les initiés disposent pour vivre mieux et payer moins cher", et négociera des tarifs préférentiels avec les banques, les compagnies d'assurances ou les fournisseurs d'énergie. "On va prouver qu'avec cette méthode, on peut augmenter son pouvoir d'achat d'au moins 15 à 20 %", affirme-t-il. Titre pressenti : "Nanard.com !"

Tapie se refuse à dire combien il percevra en définitive pour le règlement de son contentieux avec le Crédit lyonnais - selon l'estimation du Point , entre 85 et 150 millions, en fonction des taux d'imposition qui seront appliqués à ses gains. Mais il mentionne, parmi ses autres projets, d'importants investissements dans trois ou quatre sociétés de très haut niveau, dans les domaines du sport, de la communication et du divertissement.

S'il réaffirme que la politique ne l'intéresse plus, il se déclare toujours proche des radicaux de gauche et promet que si ces derniers présentent leurs propres listes aux élections européennes du mois de juin, il "fera des meetings pour les aider".

L'ancien ministre de François Mitterrand confie par ailleurs son "admiration" pour Nicolas Sarkozy - "l'homme politique à qui je m'identifie le plus", dit-il - et précise qu'il lui arrive d'avoir "des conversations purement politiques" avec le chef de l'État. Il affirme, en tout cas, n'avoir "pas une fois reparlé du dossier Adidas avec Nicolas Sarkozy depuis son élection" à la présidence de la République.

Enfin, l'ex-président de l'Olympique de Marseille confie sa nostalgie du football. "Revoir l'OM en tête du championnat, ça me rappelle tellement de souvenirs", dit-il, ajoutant : "Malheureusement, le club n'est pas à vendre." Il précise néanmoins s'intéresser aux clubs de Cannes ("pour l'aider à monter en Ligue 1") et de Nice ("pour en faire un club européen").

Commenter cet article