Chômage : la carte du Grand Sud

Publié le par PRG

La Dépêche du Midi le 28 Avril 2009

Emploi. En un an, le nombre de chômeurs a augmenté de 22%.
Les mois se succèdent dans un environnement social de plus en plus dégradé. Même si la France semble mieux résister que les autres pays de l'Europe. Au mois de mars, en France, le Pôle Emploi a encore enregistré 63 400 demandeurs d'emploi, soit une hausse de 2,7 % par rapport à février. Depuis plusieurs jours, les analystes s'attendaient à un onzième mois de hausse du chômage déjà marqué, le mois précédent, par un bond exceptionnel de 3,5 %.

Midi-Pyrénées n'est plus tout à fait l'enclave porteuse d'emploi. Le nombre de demandeurs s'établit désormais à 108 900, soit une hausse de 2,9 % par rapport à février. Cumulé sur une année, le chômage dans la région croît de 22,1 %. Mais ces chiffres exigent une explication car il ne s'agit là, selon la nouvelle nomenclature, que des chômeurs de catégorie A n'ayant pas du tout travaillé dans le mois. Si on y intègre les catégories B et C ayant exercé une activité réduite, le chiffre atteint les 163 000 demandeurs. Le département des Hautes-Pyrénées enregistre à lui seul une poussée brutale de 7,2 % liée, entre autres, aux difficultés du secteur de la céramique et à la suppression des intérimaires comme à la Socata. Le Tarn et l'Aveyron figurent à leur tour en rouge sur cette carte. L'année 2009 s'annonce donc très difficile sur le front de l'emploi alors que les plans sociaux massifs ne sont pas encore appliqués. Dans la région, les secteurs déjà fragilisés souffrent encore plus. C'est le cas du textile : en Pays d'Olmes, la société de tissage Mirabeau SA se retrouve en cessation d'activité et licencie 60 personnes.

« On parle de Molex, d'Omnium Finances, de Freescale…, mais il ne faudrait pas oublier les petites structures qui se vident progressivement de leurs intérimaires. Midi-Pyrénées apparaissait jusqu'alors comme le havre de l'emploi avec un solde net de créations d'emploi toujours positif. On est maintenant sur des taux de chômage comparables », commente Joseph Bellanca, secrétaire général de Force Ouvrière.

Du côté politique, les réactions se sont enchaînées hier. Pour Jean-Michel Baylet, président du PRG : « La nouvelle augmentation du chômage, malgré le rebond de la consommation, illustre le manque d'efficacité du gouvernement sur la question de l'emploi malgré les effets d'annonce du président ». Marie-George Buffet, pour le PCF, déplore qu'« il y ait autant de chômeurs sacrifiés sur l'autel de la spéculation ». Quant aux Verts, ils proposent un « Bruxelles de l'emploi pour la création de millions d'emplois durables ».

Publié dans article sur le PRG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article