Européennes: Kouchner hésite, la polémique monte

Publié le par PRG

Liberation le 11 Mai 2009
Le ministre des Affaires étrangères a déclaré ce week-end qu’il ne savait pas encore pour quelle liste il voterait le 7 juin et qu’il attendait de «voir les programmes».
Pour quelle liste votera Bernard Kouchner? Alors que les paris sont ouverts au sein de la classe politique après l’indécision affichée samedi par le chef de la diplomatie, celui-ci a cru bon de rappeler ce matin: «J'ai oeuvré depuis mai 2007 au service d’une ambition et d’une politique. Cette ambition, c’est celle de la France et de l’Europe. Cette politique, c’est celle du président de la République et du Premier ministre», a souligné l’ancien socialiste, devenu après la présidentielle l’un des symboles de l’ouverture sarkozienne.

«Des propositions précises seront rendues publiques en ce début de semaine. Ce sont celles-ci qui, naturellement, m’inspireront», a-t-il ajouté, sans dire clairement en faveur de quelle liste européenne il se prononcera le 7 juin.

Dans un entretien publié samedi dans Le Parisien-Aujourd’hui en France, Bernard Kouchner avait déclaré qu’il ne savait pas encore pour quelle liste il voterait et qu’il attendait de «voir les programmes».

Une hésitation qui a déclenché une partie de ping-pong entre UMP et PS, le premier assurant que son vote irait aux listes du parti au pouvoir, le second ironisant, par la voix d’Harlem Désir, tête de liste PS en Ile-de-France, sur «un concessionnaire qui hésiterait à vous accompagner dans la voiture qu’il vous vend».

«Kouchner est pris au piège»

Benoît Hamon, porte-parole du PS, a ainsi jugé lundi «assez emblématique» que Kouchner ne veuille «même pas voter pour le programme élaboré par Nicolas Sarkozy et ses amis».

Interrogé par LCI, l’eurodéputé a affirmé: «C’est assez emblématique de voir que le ministre des Affaires étrangères qui doit avoir quand-même un droit de regard sur la politique européenne, n’a pas même envie de voter pour le programme de M. Barnier et de Mme Dati, etc.» Ce tandem qui conduit la liste UMP en Ile de France «a encore beaucoup de travail pour essayer de convaincre» Kouchner, a ironisé Hamon, lui-même numéro 3 de la liste PS dans cette région.

Signe aussi, a ajouté Daniel Cohn-Bendit que Bernard Kouchner est «pris au piège» et «dit n’importe quoi sur ce genre de choses». Allusion au choix de l’ex-socialiste, qui, en 1994, avait voté pour la liste Tapie (PRG) alors qu’il figurait sur celle (PS) de Rocard. «Depuis qu’il est ministre des Affaires étrangères de Sarkozy, il est obligé de faire un peu n’importe quoi», a ajouté le leader de la liste Europe écologie sur RMC et BFM-TV.

«Un principe fondamental: la solidarité gouvernementale»

Le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, avait, lui, assuré dimanche que Kouchner «n’hésitera certainement pas» à glisser dans l’urne un bulletin UMP. «Si Bernard Kouchner regarde ce qu’il y a dans les projets des différents partis pour ces européennes, je sens qu’il ne votera certainement pas pour le PS», a-t-il justifié sur Radio J.

Alain Juppé s’est montré plus pressant dimanche, rappelant à Kouchner «un principe fondamental qui est la solidarité gouvernementale». Interrogé, au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, sur un vote du chef de la diplomatie pour la liste UMP, l’ex-Premier ministre a rétorqué: «Je suis un esprit simple, il me semble que cela va de soi.»

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article