Quand Kouchner hésite avant de voter

Publié le par PRG

Backchich le 12 Mai 2009
Afficher l'image en taille réelle
Pour les européennes, Kouchner votera finalement pour les listes UMP. Hésitant… Et pas pour la première fois !

Branle-bas de combat, hier, au sein de la majorité : Bernard Kouchner, prise de guerre de Nicolas Sarkozy, en 2007, laissait entendre que son vote n’était pas naturellement acquis à l’UMP, aux prochaines élections européennes. Dans un entretien au Parisien, dimanche, le ministre des Affaires étrangères avait déclaré « attendre de voir les programmes » des partis pour décider de son vote le 7 juin. Une publicité dont l’UMP - qui a eu tant de mal pour constituer ses listes - se serait bien passée.

Bernard Kouchner hésite… ça tremble à l’UMP

Mais comme par magie, moins de 24h plus tard, l’affaire s’est dénouée : Bernard Kouchner votera bien pour les listes de l’UMP, c’est du moins ce que l’intéressé a assuré dans un communiqué publié de New York. Il faut croire qu’il a dû s’avaler les deux programmes rapido presto pour décider aussi rapidement… À moins que ce ne soit le gentil mais ferme rappel à l’ordre du Premier ministre, François Fillon, qui soulignait, depuis la Slovénie, n’avoir « aucune inquiétude » quant au vote de son ministre. Manifestement, le message est passé et Kouchner est rentré dans le rang. Si même les ministres de l’ouverture se mettent à faire des siennes…

Un peu normand sur les bords, le ministre…

Aux dernières municipales, l’année dernière, le chef de la diplomatie avait déjà fait tremblé la droite en affirmant qu’une victoire du socialiste Bertrand Delanoë à la mairie de Paris ne lui « déplairait pas ». Les élus UMP avaient vu rouge et les dents avaient grincé. Parmi les plus remontés, Claude Goasguen (maire UMP du 16e arrondissement) avait appelé le ministre à « tirer les conséquences de son acte », l’invitant implicitement à démissionner. Le candidat du 8e, Pierre Lellouche, avait, lui, lâché, amer : « Ce qui ne me déplairait pas, c’est que M. Kouchner s’occupe uniquement de politique étrangère ». Ambiance… Pour se rattraper, le ministre des Affaires étrangères a aussitôt ajouté : « Je ne vous ai pas dit que Françoise de Panafieu me déplaisait ». Un peu normand sur les bords, le ministre…

Ou totalement indécis ? Au soir des élections européennes de 1994, le « French Doctor » qui figurait sur la liste du socialiste Michel Rocard, en troisième position, Bernard Kouchner s’était vanté d’avoir voté pour la liste « Énergie Radicale » de Bernard Tapie. De quoi faire plaisir à sa famille politique ! Pour sa défense, Kouchner avait alors expliqué qu’il avait voté pour un ami, Pierre Pradier, co-fondateur de Médecins du Monde.

L’homme séduit davantage à droite qu’à gauche

Ces allers-retours ne semblent pas avoir entamé la cote de popularité de Kouchner qui figure parmi les personnalité préférées des Français. Sauf qu’aujourd’hui, l’homme séduit davantage à droite qu’à gauche. Ses anciens amis au PS, eux, se montrent circonspects quant à son engagement pour les listes UMP. « Je n’ai pas le sentiment que Kouchner ait déjà gagné une élection de sa vie. Alors, ses déclarations… », raille un haut dirigeant socialiste.

Ces déclarations font pourtant exister Kouchner en Sarkozie. Le chef de la diplomatie a été choisi pour son CV de ténor du PS. En somme, une prise de guerre… qui n’a plus beaucoup de saveur si l’intéressé ne cultive pas sa spécificité d’homme de gauche, dans un gouvernement de droite. Que de chichis !


Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article