Kouchner, Tapie : le retour des Saint-Bernard

Publié le par PRG

Le Progrès le 12 Avril 2009

Icônes des années 1980, amis de Mitterrand hier de Sarkozy aujourd'hui, ils envahissent encore l'actualité 25 ans plus tard. Et alimentent les controverses.
Bernard Kouchner, 69 ans, ministre des Affaires Etrangères le jure : il votera UMP aux Européennes. Son indécision provoque depuis dimanche une passe d'armes entre PS et UMP et un bel embarras au gouvernement.

Icônes des années 1980, amis de Mitterrand hier de Sarkozy aujourd'hui, ils envahissent encore l'actualité 25 ans plus tard. Et alimentent les controverses. Bernard Kouchner, l'ex french doctor de gauche votera UMP aux Européennes. Et Bernard Tapie veut replonger dans les affaires avec le ClubMed.

 Dans les années 1980, la jeunesse mâle de France se divisait en deux catégories. Ceux qui voulaient devenir Bernard Tapie et ceux qui rêvaient de suivre les traces de Bernard Kouchner. Saint-Bernard des entreprises en faillite, Saint-Bernard des miséreux de la planète : l'un sauvait les sociétés en danger, l'autre les veuves et les orphelins du Sahel et du Cambodge. Entre une émission télévisée et une interview à Paris-Match, Tapie bondissait sur les enseignes au bord du dépot de bilan et Kouchner sur les camps de réfugiés des cinq continents. L'entreprise et l'aide humanitaire devenaient les terrains d'aventure pour une génération pré-internet qui découvrait le licenciement de masse et les génocides au Cambodge au Rwanda ou ailleurs.

Les deux Bernard ont forcément fini par se rencontrer. Au gouvernement, l'époque, la mode n'était pas à la droite bling-bling mais à la gauche caviar. Aussi habile que l'actuel Président à sentir l'opinion et à repérer les ambitieux, François Mitterrand a très vite adopté ces deux champions des sondages, des plateaux télés et des cocktails parisiens. En, 1992, Tapie est nommé ministre de la Ville et Kouchner de la Santé. Adoubés par le Président, ils conduisent même tous les deux une campagne parallèle à celle du PS lors des élections européennes de 1994. Malgré l'affaire du match truqué VA-OM, un an après avoir conquis l'Europe du football avec l'OM , Tapie hisse sa liste PRG-divers gauche à 10%, fusillant Rocard , tête de liste socialiste. Depuis, il est passé par la case prison, il a été remboursé en partie par le contribuable grâce à un jugement favorable, il est revenu à la télévision via la fiction policière et en politique dans le giron Sarkozy. Comme Bernard Kouchner. Pourtant, l'ex French Doctor traîne aussi son lot de polémiques : travaux très bien rémunérés pour le compte de chefs d'État africains, installation de son épouse Christine Ockrent à la tête d'une chaîne contrôlée par le ministère des Affaires Etrangères qu'il occupe. Sans compter la trahison d'ex ministre de Beregovoy et Jospin passé à droite avec armes et bulletin de vote : il votera bien UMP aux Européennes.

Avec les 115 millions que lui a octroyé la justice, Tapie envisage de prendre des parts dans le ClubMed pour le relancer. Une sorte de come-back. Dans les années 1980, il avait racheté le Yacht Phocea qui auparavant portait le nom de Club Méditerranée.

Pascal Jalabert

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article