Polémique autour du mur à gauche

Publié le par PRG

Sud Ouest
Le 23 Mai 2009


Le projet d'extension du mur à gauche fait l'objet d'une nouvelle procédure judiciaire.

Ambiance toujours aussi riante à Saint-Martin-de-Seignanx où Christine Dardy, la première magistrate (PRG), passe toujours autant de temps avec ses avocats. Une nouveauté cependant, cette fois, il n'est pas question de remettre en cause les résultats des dernières élections municipales. Non. Dans le cas présent, c'est le projet d'extension du mur à gauche qui pose problème. En effet, l'opposition de gauche, emmenée par la conseillère régionale socialiste Martine Hontabat, a décelé une irrégularité de procédure dans ce dossier qui prévoit, entre autres, la construction d'une salle de sports de combat, un local pour l'animateur sportif, de nouveaux sanitaires...

Concrètement, Christine Dardy, en sa qualité de maire, a signé une série d'avenants au projet, sans passer par la case Conseil municipal. Une erreur qui, via les amis de Martine Hontabat, est remontée jusqu'aux oreilles du préfet. Lequel a porté l'affaire devant le tribunal administratif. « Nous avons écrit au sous-préfet, reconnaît Martine Hontabat, et il nous a répondu qu'il avait déjà alerté la mairie sur ce point. Ensuite, ce n'est pas nous qui avons saisi la justice, mais le préfet. »

De son côté, Christine Dardy reconnaît bien une erreur de procédure : « Les avenants que j'ai signés auraient dû bénéficier d'une délibération votée en Conseil municipal. C'est un simple oubli. D'ailleurs, dès que j'ai eu connaissance de cette procédure, je les ai résiliés. » Résultat, la justice a prononcé un « non-lieu » le 28 avril.

Un mail à 18 h 03...

Mais alors que Christine Dardy pensait en avoir terminé avec cette affaire, elle affirme aujourd'hui que malgré la décision de justice et la résiliation des avenants, son opposition a de nouveau alerté le préfet. Et ce le jour même du non-lieu. « Un membre du groupe de Martine Hontabat a envoyé le 28 avril un mail à 18 h 03 aux services juridiques de la préfecture afin qu'il y ait un appel de la première décision », précise Christine Dardy. Coïncidence, ce 28 avril, se tenait à la mairie de Saint-Martin-de-Seignanx, une réunion de la commission d'appel d'offres concernant le projet d'extension du mur à gauche. « Dans ce mail, raconte Christine Dardy, l'auteur conteste plusieurs choses dont la présence de l'architecte à cette commission d'appel d'offres. Mais ce n'est pas parce que j'ai résilié les avenants que j'ai arrêté le projet. Cela n'a rien à voir. »

Un contre-feu...

Martine Hontabat, elle, soutient qu'elle n'a pas relancé le préfet dans ce dossier : « C'est lui qui a fait appel. Je ne commenterai pas une décision de justice, mais ce non-lieu n'a pas empêché le préfet de faire appel. Mme Dardy n'a qu'à respecter la loi. Cette histoire de mail n'est qu'un contre-feu pour éviter que l'on parle du fond de l'affaire et de ses irrégularités. »

Quoi qu'il en soit, ce projet d'extension du mur à gauche devrait donc profiter maintenant des honneurs de la cour d'appel de Bordeaux. D'où un certain agacement de Christine Dardy : « Martine Hontabat se dit constructive mais elle ne cesse de démolir. Et quand on n'a pas d'idées, on fait de la procédure. »

Une certitude, Martine Hontabat n'a jamais caché qu'elle était contre ce projet d'extension. Le mur à gauche divisant la gauche, il serait peut-être temps d'opter pour un mur à... droite. Pas vraiment, la droite aussi est contre ce projet... Et une brique de plus pour les forteresses de chacun.

Auteur : Jefferson Desport

Publié dans article sur le PRG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article