Européennes : Claudette Brunet-Lechenault ( P.R.G) "Une Europe des territoires"

Publié le par PRG

Elue du canton de Chagny, Mme Claudette Brunet-Lechenault est également vice-présidente nationale du Parti Radical de Gauche, chargée des questions européennes.


Une formation politique ne présentant pas de liste à ces éléctions mais néanmoins présente dans la campagne officielle à la télévision. MMe Brunet-Lechenault, intervient dans des spots diffusés dans le cadre de cette campagne télévisuelle ( 1) en évoquan par exemple les financement européens pour la rénovation du canal du centre ( spot diffusé par exemple hier soir jeudi).
Outre ses responsabilités politiques, Mme Brunet-Lechenault, actuelle vice-présidente du Conseil génèral, siége au comité des régions dont les réunions se déroulent à Bruxelles.


Pour "Vivre-a-Chalon.com", elle s'exprime sur la vision d'une élue de terrain sur les problèmes européens... Mais aussi à quelques mois des prochaines régionales, MMe Brunet-Lechenault invite les dirigeants du Parti Socialiste à faire preuve "de rassemblement". Un rassemblement qui n'a pu se faire pour les prochaines européennes à gauche.
Dans le passé, le P.R.G a compté parmi ses présidents mais aussi parmi ses élus, un député européen originaire de notre région : Jean François Hory...dont la soeur n'est autre que MMe Martine Hory, actuelle maire-adjointe de Saint-Rémy, vice présidente du Grand-Chalon.

Absent de cette échéance éléctorale,le P.R.G dont vous êtes Vice Présidente Nationale, se fait entendre (malgré-tout) sur les questions européennes : quelles sont pour vous les priorités pour combler ce qui apparaît comme un "déficit-citoyen"entre les habitants et les institutions européennes ?
Pour combler le déficit-citoyen dont vous parlez, il faut d'abord que tous ceux et celles qui savent comment l'Europe fonctionne, et qui sont ses relais, les élus en tête, prennent leurs responsabilités et assument les décisions prises à Bruxelles.
On a trop tendance à dire " ça bien, c'est grâce à nous, élus et à affirmer "ça va mal, c'est la faute à Bruxelles".
Les élus ont tendance, de manière générale à se défausser sur la technocratie, alors que les décisions sont prises par la commission qui est, il faut le rappeler, diriger par des politiques.
Il faut aussi que les responsables européens comprennent que le jargon employé par eux ( souvent une mauvaise traduction de l' anglais ) est incompréhensible par les citoyens.
Il faut faire plus clair, plus lisible, plus simple, davantage communiquer.

 Vous souhaitez la relance d'une assemblée des régions, dans laquelle les élus locaux peuvent se faire entendre mais aussi être des relais des habitants des territoires, auxquels vous êtes profondément attachée..Quelles pistes et priorités indispensables pour vous ?
Il existe effectivement une assemblée méconnue, le comité des région.
Crée par le Traité de Maastricht, il est composé uniquement de représentants des collectivités locales des 27 pays de l'Europe. La France à 24 délégués. J'en fais moi même partie, au titre des départements.

Le Parti Radical de Gauche souhaite (avec d'autres en Europe), que le comité des régions devienne une véritable assemblée des territoires européens, qui n'aurait pas, contrairement au parlement européen, de compétences en matière de défense, affaires étrangères, justice, sécurité mais pourrait voter des textes concernant notamment l'aménagement du territoire, l'environnement, le social, l'éducation...

Un sondage nous montre que près de 75 % des Français pensent que les élus locaux sont les mieux à même d'une par de porter leurs revendications à Bruxelles, d'autre par de leur transmettre et expliquer les décisions européennes, quand on voit certaines listes européennes composées de candidats "hors sol", on ne peut que souhaiter cette Assemblée des Territoires Européens.

Depuis longtemps déjà, se murmure au sein de votre formation mais aussi de par des observateurs de la vie politique un éventuel et quand même virtuel rapprochement de cette famille radicale dont vous êtes originaire avec les ex alliés qui se trouvent...sur l'échiquier à droite ? Les europénnes n'ont pas regroupées les radicaux alors...peut-être pour les prochaines régionales ? votre voeu politique pour 201O et pour la Bourgogne : le PRG sera t'il aux cotés de M.François Patriat ? de M.Christian Paul ou encore avec le Dijonnais (radical valoisien) Jean Philippe Morel ?
Nous avons eu des échanges avec les Radicaux Valoisiens dans le cadre d'ateliers de réflexion ( L'europe, la Laïcité etc...)., mais il ne peut y avoir rapprochement avec eux : ils sont dans l'ump, or, l'ump est notre principal adversaire.
Il n'est pas question , par conséquent, de faire alliance avec eux en Bourgogne.

Avec qui serez-vous ?
Nous souhaitons participer à un large rassemblement dont le pivot doit-être le Parti Socialiste. Ce ne peut-être possible que si ce dernier change d'attitude vis à vis de ses alliés et se comporte de manière plus ouverte à notre égard, plutôt que de se regarder le nombril et s'enfermer dans sa boutique comme il le fait aujourd'hui pour les européennes.Le score qu'il fera le 7 juin ne sera pas à la hauteur d'un grand parti car il n'a pas su rassembler.

Or, si le Parti socialiste ne veut pas perdre la région Bourgogne, il doit rassembler et respecter ses alliés fidéles sur le terrain. A commencer par les radicaux de gauche.

Précisions ( 1) : Disposant de parlementaires au Sénat et à l'Assemblée nationale, le parti radical de gauche a obtenu comme d'autres formations politiques un temps d'antenne à la télévision pour ces prochaines éléctions européennes.

 

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article