Le cercle des Radicaux de gauche a analysé la situation au lendemain des Européennes

Publié le par PRG

La Voix du Nord le 13 Juin

C'est presque une réunion dans l'urgence que s'est imposé, mardi soir, le cercle des Radicaux de gauche du secteur. Au lendemain d'un « désastre électoral » lors des européennes de dimanche dernier, « le PS sort de cette consultation ruiné, en panne ».

 

Pour les Radicaux de gauche, le PS « ne peut plus être considéré comme la force de proposition de la gauche dans le pays. Bien que n'ayant pas présenté de listes à ces élections à l'échelon national, le PRG s'interroge, se prépare à agir de toutes ses forces à la construction et au rassemblement d'une nouvelle gauche, car la crise n'est pas terminée ».

De plus, une série d'élections se profile dans les années qui viennent. « Il va falloir y faire face et répondre aux défis  » a souligné avec détermination Pierre Georget, président de la fédération du Pas-de-Calais du PRG.

Au cours de cette assemblée, on a parlé de l'élaboration d'un calendrier de réunions plus rapprochées, de l'université d'été, en septembre, à la Rochelle.

Le bureau fédéral a formulé le souhait d'être l'exemple de l'unité politique. Il a présenté Éric Mouton, 42 ans, infirmier libéral, qui a été désigné pour porter les couleurs d'une liste d'union, PS, PC, MRC, PRG, société civile, aux prochaines élections municipales d'Hénin-Beaumont qui auront lieu fin juin.

Cinq postes sont réservés au PRG. « Il y a des économies drastiques à réaliser, il y a à reconstruire une vie politique à Hénin-Beaumont, une ville de 27 000 habitants. La tâche va être rude. Il va falloir se battre » a souligné Éric Mouton. •

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article