Congrès de Versailles : PS et PRG écouteront Sarkozy, PCF et Verts boycottent

Publié le par PRG

France Info le 16 Juin 2009

Députés et sénateurs socialistes seront présents au Congrès de Versailles, lundi prochain, pendant le discours du chef de l’Etat. Mais ils ne prendront pas part au débat parlementaire organisé après le départ du président. Communistes et Verts annoncent, eux, qu’ils n’iront pas à Versailles…

 

Sans surprise, les Radicaux de gauche et les parlementaires divers gauche (une trentaine d’élus au total), dont les voix avaient été déterminantes pour l’adoption de la révision constitutionnelle de juillet 2008, seront présents au Congrès de Versailles, convoqué lundi 22 juin par le président Sarkozy.

Si les socialistes ont davantage hésité sur la stratégie à adopter, ils ont finalement tranché en réunion de groupe à l’Assemblée, et décidé de ne pas pratiquer la politique de la chaise vide. Le débat s’est déroulé dans un "climat serein", en présence de la première secrétaire du PS Martine Aubry qui, elle aussi, a plaidé contre l’idée d’un boycott pur et simple.

Concrètement, députés et sénateurs socialistes se rendront à Versailles, ils assisteront à la prise de parole du président Sarkozy, mais ils ne resteront pas pour le débat parlementaire qui suivra l’allocution présidentielle. Manière de protester contre le principe du temps de parole imparti – 10 minutes pour chacun des neuf groupes parlementaires, alors que le chef de l’Etat peut parler sans limitation de durée – et contre le fait que le président de la République ne sera plus là, conformément à la Constitution.

"Mascarade, simulacre de démocratie"

 

Sans surprise, le PCF et les Verts ont choisi de pratiquer la politique de la chaise vide. Chez les Verts, les neuf parlementaires n’étaient pas tous sur la même ligne, mais c’est finalement le choix du boycott pur et simple de cette "mascarade" qui s’est imposé.
Au nom du PCF, Roland Muzeau dénonce "un simulacre de démocratie car il n’y aura ni vote, ni débat".L’allocution présidentielle est prévue à 15 heures. Il s’agit de "tracer des lignes d’avenir", a prévenu Nicolas Sarkozy. De lancer la deuxième phrase du quinquennat, fixer un nouveau cap, celui de la sortie de crise, et détailler les réforme de la deuxième moitié du mandat présidentiel. Des thèmes tels que l’environnement, l’aménagement du territoire, la vie après 60 ans et la réforme des collectivités territoriales, devraient être abordés selon l’Elysée.

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article