Le PRG veut sortir du « coma »

Publié le par PRG

Paris Normandie le 16 Juin

POLITIQUE. Les militants locaux du Parti radical
de gauche ambitionnent de relancer le cercle ébroïcien.

Depuis quelques jours, la question brûlait les lèvres des politiques et journalistes locaux. Michel Champredon allait-il annoncer son adhésion au Parti radical de gauche ?
Les radicaux organisaient samedi après-midi une conférence de presse dont le sujet n'avait pas été précisé. Histoire de ménager un certain mystère. On savait seulement qu'ils devaient y accueillir le maire. Forcément, les rumeurs sont allées bon train.
Pour finalement retomber comme un soufflé. Le premier magistrat n'était même pas présent au côté des grands pontes du PRG local et national.

Cafés radicaux
La réunion, prévue à l'occasion de la venue de Christiane Taubira, n'avait en fait pour objectif que d'annoncer l'entrée de Rodrigue Flahaut au cercle radical d'Evreux. Ce nom n'évoque peut-être rien aux oreilles des Ebroïciens. Il a pourtant occupé pendant plusieurs mois les fonctions de chef de cabinet de Michel Champredon.
Mais Rodrigue Flahaut est surtout le secrétaire national du Parti radical de gauche chargé des questions d'éducation.
Autant dire que son arrivée à Evreux est teintée d'espoir. Celui de voir le radicalisme revenir sur le devant de la scène politique ébroïcienne.
Les radicaux ambitionnent donc, avec l'arrivée du secrétaire national, de « relancer un cercle qui est loin d'être mort », assène Franck Martin, responsable départemental.
Peut-être pas « mort » mais « agonisant » selon les propos de Bongabonga Boketsu : « Ce cercle n'était pas endormi. Il était dans le coma ! »
Le cercle ébroïcien ne compte aujourd'hui qu'une dizaine d'adhérents.
« Nous avons toujours été présents dans tous les combats avec la gauche, rappelle Louis-Marie Martin. Deux militants PRG sont d'ailleurs au conseil municipal d'Evreux (Bongabonga Boketsu et Françoise Martin, adjointe à l'enseignement, NDLR). Mais nous n'avons rien fait de propre aux radicaux. » Parmi les premières mesures que le parti compte mettre en place : des « cafés radicaux » à l'instar de ce qui se fait déjà à Louviers, fief de Franck Martin.
C.R.

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article