Grand Paris et économie verte à la Région

Publié le par PRG

Ouest France le 19 Juin

Les conseillers régionaux mettent du vert dans leurs programmes. La session s'achève ce vendredi avec l'inauguration de l'Institut des droits de l'homme.
Économie verte

« Le » sujet de la séance défendu avec conviction par Jean-Karl Deschamps, premier vice-président, PS. Son ambition : « Transformer la Basse-Normandie en éco-région. » Comment ? En jouant notamment sur quatre tableaux : la recherche et l'éco-innovation, la formation avec l'Institut du développement durable, le bâtiment avec des efforts pour sensibiliser les artisans aux éco-matériaux et un vaste plan « photovoltaïque » dans 38 lycées. Les élus de la droite nationale voulaient voter contre. Devant « l'enthousiasme de M. Deschamps », ils s'abstiennent. Cette « économie verte » est l'un des piliers du budget supplémentaire de 17,4 millions d'euros, adopté à l'unanimité.

Grand Paris

Regrets de François Digard, maire UMP de Saint-Lô, après les propositions présidentielles (« Ouest-France » de mercredi). « Au-delà du TGV Paris ¯ Le Havre, critiqué, il faut s'accrocher, au contraire, au train du Grand Paris, connecter la Basse-Normandie à l'Ile-de-France. » Alain Tourret, vice-président, PRG, imagine « l'autoroute ferroviaire avec Le Havre comme la colonne vertébrale d'une Normandie réunifiée ». Yannick Soubien, vice-président Vert, est vif : « C'est un coup tordu, la démarche égo-centrée d'un président qui ne pense qu'aux effets d'annonces. » Sur le sujet, la conférence exécutive régionale (les grands élus bas-normands) se réunira le 15 juillet. L'association « Normandie grande vitesse », réunissant élus de droite et de gauche, demande à rencontrer Christian Blanc, secrétaire d'État chargé du Grand Paris.

Haras du Pin

Passe d'armes entre Brigitte Luypaert, élue UMP de l'Orne, et Philippe Bonneau, le « Monsieur cheval » de la région. Pour gérer le futur du haras du Pin, un syndicat mixte est sur les rails. Qui le présidera ? Conseil régional et conseil général de l'Orne revendiquent, chacun, la présidence. Dans un premier temps, une « association de préfiguration du grand projet du haras du Pin », coprésidée par les deux institutions, est adoptée sans les voix de l'opposition de droite, qui vote contre.

Emplois-tremplins

Inquiétude d'Anne-Marie Cousin, maire centriste de Torigni-sur-Vire. « C'était prévu pour quatre ans. Vous mettez un an de plus. Cela ne rendra pas les emplois pérennes pour autant ! » « Politique politicienne » répond Corinne Féret, vice-présidente. « Très fier de ces 500 emplois auxquels on en ajoute cent de plus », le président Beauvais souhaite « organiser en septembre une rencontre avec les associations pour présenter un bilan complet ». Adopté à l'unanimité.

 

Jean-Jacques LEROSIER.

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article