Le fil de la journée du Congrès

Publié le par PRG

Profession Politique le 22 Juin
Le 22 juin 2009 entre dans l’Histoire. Pour la première fois depuis 1873, un président de la République s’est exprimé devant les parlementaires. Une journée très particulière.

10 h 30 : Bernard Accoyer ouvre le Congrès du Parlement à Versailles.

Le président du Congrès, Bernard Accoyer (UMP), ouvre lundi à 10 h 30 la réunion du Parlement à Versailles, qui doit accueillir dans l’après-midi Nicolas Sarkozy pour une déclaration dans l’hémicycle de l’aile du Midi du château de Versailles.

11 h 10 : Les parlementaires adoptent le règlement du Congrès.

Les députés et sénateurs adoptent à l’ouverture des débats une modification du règlement du Congrès, formalité pour mettre en œuvre les modalités de la prise de parole du président de la République. L’UMP et les centristes votent pour, le PS, les PRG et les divers gauche votent contre. Le PCF et les Verts ont pour leur part boycotté le Congrès.

14 h 05 : Des élus PS se réunissent devant la salle du Jeu de paume à Versailles, pour dénoncer la "pratique sarkozyste" du pouvoir.

Des députés et sénateurs socialistes demandent "des états généraux pour une République moderne" devant la salle du Jeu de paume, où les députés du tiers état avaient fait le 20 juin 1789 le serment de ne jamais se séparer "jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie". Ces états généraux peuvent "être aussi une première initiative d’un nouveau rassemblement de la gauche et des forces de progrès", dit l’appel des socialistes.

14 h 50 : Nicolas Sarkozy, accompagné de son épouse Carla Bruni-Sarkozy, entre dans l’hémicycle de l’aile du Midi du château de Versailles pour prononcer un discours devant les députés et sénateurs réunis en Congrès.

14 h 53 : Le Conseil constitutionnel valide, quelques minutes avant l’intervention de Nicolas Sarkozy devant le Parlement, le règlement du Congrès, qui définit les modalités de cette prise de parole présidentielle.

La décision est notamment entérinée par le président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, et les anciens présidents de la République Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac.

14 h 55 : Le président de la République pénètre dans l’hémicycle et débute son discours devant la représentation nationale.

Sitôt son discours achevé, 45 minutes plus tard, Nicolas Sarkozy descend de la tribune et quitte le château de Versailles. Les parlementaires socialistes lui emboîtent le pas.

16 h 00 : Le débat parlementaire, hors de la présence du chef de l'État, commence. L'opposition a déserté les bancs pour protester contre cette procédure mise en place par la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008.

- François Sauvadet, président du groupe Nouveau Centre à l'Assemblée nationale, prend le premier la parole.

- Michel Mercier, président de groupe Union centriste au Sénat, participe à son tour au débat. Suivront Henri de Raincourt, président du groupe UMP au Sénat, et Jean-François Copé, son homologue du Palais-Bourbon.

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article