La démocratie est malade à Lille

Publié le par PRG

Nord Eclair le 27 Juin

Faute de pouvoir s'exprimer comme ils le voudraient en conseil municipal, les élus de l'opposition ont tenu hier une conférence de presse. Gageons que la majorité lira cet article !

Tant pis si ça fait de la peine aux journalistes, mais il le dit quand même : Sébastien Huyghe, leader de l'opposition municipale, aimerait autant ne pas avoir à tenir de conférence de presse. « Nous estimons que c'est au conseil municipal que devrait avoir lieu le débat démocratique. » Or le député UMP le dit sans détour : « Vraiment, la démocratie est malade à Lille. » Ses arguments ? C'est par la presse que les élus d'Union pour Lille (UPL) découvrent nombre de projets de la majorité. « Certains ne sont même pas évoqués en conseil municipal ! » Et quand l'opposition veut poser des questions lors de la séance publique, c'est compliqué : « Il faut les poser par écrit, au moins cinq jours avant le conseil. Or, on n'a pas encore les projets de délibérations en mains, comment savoir si ces questions ne seront pas de toute façon évoquées ? » On pourrait croire que les bisbilles entre les Verts et le PRG mettraient du baume au coeur de la droite lilloise. Mais « les échanges récurrents entre les frères ennemis Quiquet et Mutez seraient amusants si ce n'étaient pas les Lillois qui trinquaient au final ».
Tout ça pour introduire deux sujets qui tiennent à coeur de l'UPL. En numéro 1, la transformation de la Grand'Place en zone de rencontre - une nouvelle disposition du Code de la route qui, sans interdire la voiture, donne la priorité aux piétons. « Ça peut être adapté à beaucoup de sites... commence le centriste Thierry Pauchet, sauf à la Grand'Place de Lille. »


Test presque scientifique
Qu'est-ce qui lui fait dire ça ? Chronomètre et stylo en main, l'élu a fait des comptages un jeudi et un samedi après-midi. La méthode n'est pas totalement scientifique, mais, son estimation est crédible : 900 voitures traversent la Grand'Place par heure et 6 500 piétons le jeudi, le double le samedi. « Avec la zone de rencontre, deux grands principes vont disparaître : la régulation (les feux tricolores, ndlr) et la canalisation (les passages piétons, ndlr). C'est la paralysie assurée du système. » Bref, ça ne marchera jamais selon UPL. Seule solution : envisager un passage des voitures sous le Grand'Place. « Ça devrait être possible en supprimant quelques places de parking, il faudrait faire une étude », avance Sébastien Huyghe.
Enfin, la droite a une proposition concernant la place de la Nouvelle-Aventure à Wazemmes : transformer le parking derrière le marché couvert en zone bleue et autoriser de temps en temps le stationnement, payant, sur l'esplanade située devant le marché couvert. « Ça dynamiserait l'activité commerciale », assure Thierry Pauchet qui a reçu l'aval des commerçants.
Et l'UPL de réclamer une réflexion globale sur la place de la voiture et le stationnement, « en concertation avec la population et...
l'opposition ».

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article