PRG Vs Verts: Une querelle de personnes et d'idées

Publié le par PRG

La Voix du Nord le 29 Juin

Depuis deux ans, PRG et Verts se mènent une petite guerre qui trouve son origine dans l'idée très différente que les deux partis se font de la ville.

 

D'un côté le développement durable, l'écologie urbaine, les transports propres. De l'autre, la défense du commerce, de « l'emploi durable  », du transport de marchandises par la route... Difficile de trouver un point d'accord entre les dix élus Verts du conseil municipal et le seul représentant du Parti radical de gauche, Jacques Mutez. Et la querelle qui les occupe s'est nourrie en deux ans de polémiques régulières.

Octobre 2007 : lors du conseil municipal et contre toute attente, les Verts s'abstiennent de voter le Plan local d'action pour le commerce, l'artisanat et les services porté par Jacques Mutez. C'est la surprise, d'autant plus que l'une de leurs conseillères, Martine Carlier, est l'auteur du chapitre sur les marchés en plein air. Une déclaration de guerre pour le radical qui vitupère cette « malhonnêteté intellectuelle ».

Deux mois plus tard, rebelote : les Verts se gaussent ouvertement de la préemption du Bazar de Wazemmes et de la tête de leur « camarade » chargé du commerce. Jacques Mutez en prend ombrage et décide de bouder le conseil municipal. Une première !

À l'été 2008, c'est reparti. Éric Quiquet évoque son projet de piétonnisation de la place Rihour. Jacques Mutez, qui se pose en défenseur du petit commerce de centre-ville (ce que lui contestent les Verts), s'étrangle. Les réactions s'enchaînent, jusqu'à ce que la maire de Lille, Martine Aubry, siffle la fin de la récré : si tout le monde ne rentre pas dans le rang, elle retire leur délégation aux élus querelleurs. La menace aura tenu un an. • J. L.

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article