La 3e circonscription disparaît, Glavany accuse le PRG

Publié le par PRG

La Dépêche le 1 er Juillet

Dans sa livraison du 27 juin, le Journal Officiel de la République vient de publier le projet d'ordonnance sur la répartition des 577 sièges de député. Comme prévu, les Hautes-Pyrénées perdent un siège. C'est la 3e circonscription, celle détenue par Jean Glavany (PS) qui est supprimée et répartie entre les 1re et 2e circonscriptions de Pierre Forgues (PS) et Chantal Robin-Rodrigo (PRG). C'est donc de fait le retour à la situation d'avant 1988 et à la géographie politique qui avait prévalu jusqu'à cette date, avec deux députés haut-pyrénéens.

« Le redécoupage est légitime et respecte les équilibres. J'avais demandé un découpage nord-sud respectant un équilibre géographique avec des circonscriptions contenant des zones, de montagne, de plaine, de coteaux. On l'a. Il y a aussi un équilibre socio-économique avec des zones rurales et touristiques, des zones urbaines dans les deux. L'équilibre démographique est aussi respecté », se satisfait Pierre Forgues.

Jean Glavany se considère donc comme maltraité par ce projet : « Alain Marleix, secrétaire d'état aux Collectivités Territoriales nous avait indiqué que le découpage de 1958 servirait de référence. Là, on s'en écarte beaucoup. C'est du charcutage ». Jean Glavany estime qu'il a été floué et que le ministre lui a menti. « Aujourd'hui, on éclate ma circonscription en deux. Pour moi, il s'agit d'une alliance objective entre le PRG et Alain Marleix ».

Avec la future deuxième circonscription, le PRG retrouve sa terre d'élection et semble en position de force. La deuxième circonscription a d'ailleurs été gagnée à la droite par Chantal Robin-Rodrigo (PRG). Laquelle a un temps indiqué, pour des problèmes de santé, qu'elle ne repartirait pas en 2012. Mais elle voit aujourd'hui les choses différemment : « Je suis candidate à la candidature pour le PRG. Je ne crois pas qu'il soit sain qu'il y ait un parti hégémonique sur le département. ».

Comment débloquer la situation ? Comme il y a de fortes chances que Pierre Forgues ne se représente pas, une possibilité de candidature pourrait s'offrir à Jean Glavany.

Reste que le débat entre les deux formations va porter essentiellement sur la deuxième circonscription et la rivalité Glavany-Rodrigo. « Chantal Robin-Rodrigo est légitime sur cette circonscription… Avancer qu'il y a quelconque marchandage ou collusion avec M. Marleix est pour le moins déplacé. Il y a toujours eu un accord électoral entre le PS et le PRG. Qu'il y ait à l'avenir un député PRG et un député PS, serait on ne peut plus légitime », estime Claude Gaits, président de la fédération département du PRG.

Mise en cause par Jean Glavany, la direction du PRG a rétorqué que ce n'était certainement pas de son côté qu'il fallait dénoncer les pressions sur Alain Marleix. Et de rappeler que l'actuel député socialiste ne s'était pas gêné pour intervenir en direct sur ce dossier. « Après son échec à Tarbes, il est aujourd'hui affaibli et n'est pas en situation de négocier » conclut la direction du PRG.


Publié dans article sur le PRG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article