Yvon Collin sénateur PRG: Un seul sénateur valoisien au RDSE, les autres à l'UMP

Publié le par PRG

PARIS, 6 juillet 2009 (AFP) - Le président du groupe radical du Sénat (RDSE, à majorité PRG), Yvon Collin a indiqué lundi que "contrairement à ce que déclare Jean-Louis Borloo", son groupe ne compte qu'un seul radical valoisien, les cinq autres sénateurs valoisiens étant au groupe UMP.

Jean-Louis Borloo (Ecologie), président du parti radical valoisien (associé à l'UMP), avait déclaré dans un entretien samedi au quotidien Le Figaro: "nous siégeons déjà au sein du même groupe au Sénat qui réunit nos deux familles".

"Le groupe du RDSE (ex-groupe de la Gauche démocratique) a toujours été le groupe des sénateurs radicaux, avant comme après la scission du parti radical en 1971" (NDLR: qui a donné naissance au parti radical de gauche et au parti valoisien), a déclaré M. Collin dans un Communiqué.

"Il a toujours vocation à réunir sénateurs Radicaux de gauche et sénateurs Radicaux valoisiens en tenant compte des convictions de chacun et en respectant l'appartenance des uns à l'opposition et celle des autres à la majorité" ajoute-t-il.

Il précise toutefois qu'aujourd'hui le RDSE ne compte qu'un seul radical valoisien (Aymeri de Montesquiou, Gers) sur les six sénateurs valoisiens. Les cinq autres (Jean-Paul Alduy -Pyrénées-Orientales-, Sophie Joissans -Bouches-du-Rhône-, Michel Thiollière -Loire-, Alain Chatillon -Haute-Garonne, Pierre Jarnier -Cantal) étant à l'UMP.

M. Collin observe que "la totalité des onze Radicaux de gauche sont, eux, membres du RDSE". Les anciens ministres socialistes Jean-Pierre Chevènement (MRC) et Michel Charasse appartiennent également au RDSE.

L'UMP ne détient pas la majorité absolue au Sénat, elle doit compter sur les voix de son partenaire de la majorité, l'Union Centriste. Dans ce contexte, les voix du RDSE sont loin d'être négligeables.

Publié dans dépêche sur le PRG

Commenter cet article