Appel pour un "pacte unitaire de progrès" de Robert Hue et de socialistes

Publié le par PRG

PARIS, 6 juillet 2009 (AFP) - Un "appel pour un pacte unitaire de progrès" au-delà des partis politiques a été lancé par vingt personnalités de gauche, dont l'ancien secrétaire national du PCF Robert Hue qui en est à l'origine, et des socialistes comme Vincent Peillon ou François Rebsamen.

"Nous appelons au rassemblement sans délai de toutes celles et de tous ceux qui estiment urgent de se retrouver dans une démarche unitaire, en pleine autonomie, au-delà des appareils politiques, non pas contre eux mais en rejetant toute hégémonie", écrivent-ils dans cet appel (www.pacteunitaire.fr) diffusé dans le Monde à paraître lundi et daté de mardi.

Ils souhaitent "la création partout en France d'espaces de dialogue, d'organisation et d'action" : "tous ensemble, nous nous donnerons comme premier objectif l'élaboration d'un pacte unitaire de progrès", "une charte reposant sur les principes que nous définirons collectivement, pour une société progressiste plus juste et plus humaine".

Jugeant que "la gauche est dans l'impasse", "victime de ses divisions, de clivages dépassés, prisonnière de discours et cultures hérités des siècles passés" qui font "le désespoir du peuple de gauche", ils estiment qu'"aucun parti ne peut prétendre, à lui tout seul, être la force propulsive du progressisme nouveau, et de la dynamique unitaire".

Parmi les vingt premiers signataires, outre M. Hue qui a pris ses distances avec le PCF, figurent les socialistes Vincent Peillon, François Rebsamen, Aurélie Filippetti, Julien Dray, qui avaient soutenu Ségolène Royal au congrès de Reims. Le sénateur communiste Ivan Renar, Sylvia Pinel (PRG), Jean-Luc Laurent (MRC) ou le philosophe Bernard Vasseur ont également signé.

Le rassemblement à gauche "ne doit pas être un +remake de la gauche plurielle+", mais avoir "un côté fédérateur complètement neuf", a déclaré à l'AFP M. Hue qui se veut aujourd'hui "communiste autrement".

Selon lui, "un des obstacles majeurs à ce que la gauche constitue un pacte solide, c'est les partis eux-mêmes" mais cette initiative "n'est pas contre les partis".

"Je peux être fédérateur de gens issus de ma famille mais aussi avec de socialistes et d'autres", estime l'ancien candidat à la présidentielle qui dit n'avoir "pas de réflexion" pour 2012.

Récemment invité par François Hollande à Lorient, M. Hue, fondateur du "Nouvel espace progressiste" en décembre, sera également aux Ateliers d'été du courant "L'Espoir à gauche" de Vincent Peillon à Marseille (21-22 août).

 

Publié dans dépêche sur le PRG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lafon 08/07/2009 19:50

Le discours de robert hue est clair, intéressant, sans langue de bois, que l'intelligence l'entende.Toutefois, je dirais que la gauche est victime en premier lieu de tous ses manquements qui ont poussé les électeurs à s'abstenir.La gauche avait besoin de cette leçon, la preuve. Que la majorité profite, qu'elle continue de serrer son étau anti-social pour qu'enfin l'esprit syndical se réveille. Un sursaut des syndicats et de l'esprit de lutte, il n'y a pas d'autres alternatives.ps:je suis communiste et  nous sommes nombreux à croire en robert hue car nous avons le sentiment que melenchon cocufi notre parti