14 Juillet : Sarkozy choisit la sobriété

Publié le par PRG

Le Figaro le 13 Juillet

5 000 invités sont conviés mardi à la garden-party présidentielle.

Nicolas Sarkozy se prépare à célébrer le 14 Juillet le plus «zen» depuis son début de quinquennat. En 2007, sa relation avec son épouse Cécilia créait un climat d'interrogation autour du couple présidentiel. Et il fallait marquer le 14 Juillet de la «rupture». En 2008, le président en exercice du Conseil européen avait invité les 26 partenaires de la France en Europe et les 13 membres de la toute nouvelle Union pour la Méditerranée. Ce fut une fête fastueuse, suivie d'un grand dîner de gala au Petit Palais. Nicolas Sarkozy avait aussi dû faire place nette autour d'Ingrid Betancourt, surgie sans prévenir de la jungle colombienne.

Aujourd'hui, sobriété oblige, le chef de l'État ne reçoit qu'un invité, le premier ministre indien Manmohan Singh, qui l'avait accueilli à New Delhi en janvier 2008 pour la fête nationale de l'Inde. Il assistera au défilé militaire dans la matinée, puis il recevra Manmohan Singh à l'Élysée pour un déjeuner de travail. Le chef de l'État apparaîtra ensuite dans l'émission de Michel Drucker sur l'armée française. Une interview de sept minutes qui a été préenregistrée lundi dans l'après-midi.

 

Un point de chute pour Frédéric Lefebvre

 

De son côté, l'entourage de Carla Bruni-Sarkozy fait savoir qu'elle se remettra tranquillement des «disputes à l'italienne» qui ont agité les gazettes berlusconiennes à l'occasion de sa visite éclair au G8. Par l'intermédiaire de sa Fondation, elle a offert une bourse à l'association L'Orchestre à l'école, qui développe l'éveil à l'éducation musicale dans les lycées. Plusieurs classes ont été invitées à la garden-party de l'Élysée. Quelque 5 000 invités sont attendus mardi dans les jardins élyséens. C'est un tiers de moins que l'an dernier et environ 500 de moins qu'en 2007.

Pour les journalistes, la réduction est encore plus draconienne. Selon l'Élysée, ils ne seront que 250, trois fois moins qu'en 2008. En revanche, environ 140 associations ont été invitées, ainsi que des «victimes de la vie».

C'est dans ce climat de prévacances que Nicolas Sarkozy envisage également de procéder prochainement à l'ajout de quelques secrétaires d'État au gouvernement, qui compte déjà 39 membres. En premier lieu, il veut trouver un point de chute pour le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, qui devrait céder son siège de député à l'ex-secrétaire d'État André Santini, dont il était le suppléant. «Je ne le laisserai pas tomber», a assuré Nicolas Sarkozy la semaine dernière.

D'autres noms circulent, comme celui du député corse radical de gauche Paul Giacobbi, du député du Nouveau Centre Maurice Leroy, cité pour épauler Henri de Raincourt au ministère des Relations avec le Parlement. Mais si certains croient savoir qu'il entend faire ce mini-ajustement avant le mois d'août, un conseiller met en garde : «Le président est de plus en plus secret. Il voudra peut-être attendre encore, et tromper à nouveau les prévisions des journalistes.»

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article