CARBURANTS. Christiane Taubira demande à l’Etat de prendre ses responsabilités

Publié le par PRG

RFO le 15 Juillet

CARBURANTS. Christiane Taubira demande à l’Etat de prendre ses responsabilités

La député guyanaise du Parti radical de gauche estime que l’Etat a mis en place un dispositif aux "effets pervers" en administrant les prix.

AFP La députée PRG de Guyane Christiane Taubira a estimé mardi que l’Etat devait "prendre ses responsabilités" pour trouver une solution au problème des prix des carburants dans les départements d’outre-mer, aujourd’hui gelés. "Dans l’immédiat, il faut que l’Etat prenne ses responsabilités, c’est-à-dire voir comment par son système de prix administrés, il a lui-même
contribué à des situations de rente",
a déclaré Mme Taubira.

« L’Etat a garanti des marges »

Les prix des carburants sont gelés depuis plusieurs mois dans les DOM. La remontée des cours pétroliers a obligé l’Etat à prendre un décret accordant une avance de 44 millions d’euros en faveur de la Sara, filiale de Total, qui avait menacé en mars de cesser d’approvisionner Antilles et Guyane.
Selon Mme Taubira, "avec les prix administrés, l’Etat a garanti des marges et a dispensé les différents intermédiaires des efforts nécessaires". "Tout le monde avait le prix tranquille, c’était garanti, assuré", a-t-elle ajouté.
Pour la députée de Guyane, "il faut que l’Etat mette sur la table son dispositif et ses effets pervers". "Et puis il y a probablement la façon dont certains en ont profité (...). Jégo (ancien secrétaire d’Etat) avait parlé de plainte, est-ce qu’il y a ou non matière à plainte ?", a-t-elle également dit.

« Une solution sereine et dépassionnée »

Lundi, Marie Luce Penchard, secrétaire d’Etat à l’Outre-mer avait affirmé lors de sa première conférence de presse, rechercher une "solution sereine et dépassionnée" pour les prix des carburants, aujourd’hui gelés dans les DOM. La secrétaire d’Etat va envoyer prochainement une mission pour faire la "transparence sur la fixation des prix" des carburants, "au regard des coûts réels".

"Il n’est pas question de faire supporter à une catégorie de contribuables le coût des carburants", a-t-elle dit, alors que la mission administrative Bolliet propose notamment de faire payer davantage le fuel et le kérosène et moins l’essence et le gazole.
A propos du grand nombre de pompistes dans les DOM (3.570), qui coûtent entre 4 et 6 centimes au litre selon les DOM, Mme Penchard a estimé qu’il fallait "poser la question des choix politiques au plan local". "Il faut que le consommateur soit informé", a-t-elle dit.

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article