Nicolas Sarkozy au Havre pour y présenter la réforme des ports, 300 manifestants PS, PRG...

Publié le par PRG

Le Parisien le 16 Juillet

Nicolas Sarkozy s'est rendu jeudi au Havre (Seine-Maritime), où quelque 300 personnes, selon la CGT et la police, ont manifesté contre la politique du gouvernement à l'occasion de sa venue.
Les manifestants ont déployé sur la passerelle qui enjambe un bassin du port une banderole sur laquelle était écrit : "Sarko, casse-toi". D'importantes forces de l'ordre les ont tenus à l'écart de la capitainerie du port et de l'hôtel de ville où le président s'est rendu successivement pour évoquer la politique maritime de la France et notamment la réforme contestée des ports.
La CGT, Solidaires, le NPA, le PCF, le PS, le PRG, les Verts et la Ligue des droits de l'homme avaient appelé à manifester. Ces organisations entendaient ainsi attirer l'attention sur "les difficultés" du Havre notamment avec la réforme portuaire qui, selon elles, va "introduire encore plus de précarité pour les salariés".
Plus globalement, elles voulaient aussi dénoncer la politique du gouvernement "menée en faveur des plus favorisés" et placée sous le signe "bâton agité en direction de tous ceux qui la contestent".
Le chef de l'Etat est accompagné par les ministres de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, de l'Agriculture et de la Pêche, Bruno Le Maire, des secrétaires d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, et à l'Ecologie, Chantal Jouanno.
Sitôt entré en fonction en mai 2007 Nicolas Sarkozy avait annoncé sa volonté de "faire la réforme des ports autonomes" et de moderniser leur statut, qualifié d'"archaïque", afin de garder leur rang face à leurs principaux concurrents européens.
Le gouvernement a donc engagé l'an dernier une réforme, encadrée par une loi de juillet 2008, qui prévoit le transfert de la totalité de quelque 2.000 agents français de manutention portuaire vers des opérateurs privés, comme cela fut déjà le cas en 1992 pour les dockers.
La mise en oeuvre de ce transfert a été organisée par un accord-cadre signé en octobre dernier avec la puissante fédération CGT des ports et docks. Mais la grogne des agents, qui exigent des garanties pour leur emploi, continue à agiter localement les ports français.
Le déplacement de Nicolas Sarkozy intervient par ailleurs au lendemain du Grenelle de la mer, dont la table-ronde finale devait s'achever mercredi. Cette consultation a permis de dégager des consensus sur le développement des énergies marines, l'encadrement de la pêche à certaines espèces pour protéger la ressource et la création d'une filière française de démantèlement des navires en fin de vie.

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article