Grippe A : les médecins généralistes en alerte

Publié le par PRG

La Dépêche le 24 Juillet

Santé. Une nouvelle étape a été franchie hier. Mais les questions demeurent.
Après les urgences, les médecins généralistes. Depuis hier, les personnes qui pensent être atteintes de la fameuse grippe A (un seul cas déclaré pour l'instant dans le Lot) doivent contacter leur médecin traitant. Dans le Lot, on n'a pas attendu pour s'organiser. Dans l'hypothèse, possible, où une pandémie du virus passerait les frontières de notre beau département, l'organisation sanitaire se met en place. Et les médecins généralistes sont en première ligne. Si la plupart des 180 généralistes et des 900 professionnels ciblés sont venus retirer, en juin, dans les brigades de gendarmerie et le commissariat de police, le kit destiné à chacun d'entre eux (50 masques chirurgicaux et 30 à usages professionnels, beaucoup sont encore dans l'ignorance de ce qu'on attend d'eux. Dominique Orliac, président du conseil départemental de l'ordre des médecins ne l'ignore pas : « Nous organiserons jeudi à Cahors, avec la DDASS, une première réunion d'information à destinations des médecins pour les aider à mieux appréhender la nouvelle organisation des soins. Une autre aura lieu début septembre. Mais nous sommes prêts à faire face à l'urgence ». On a ainsi appris hier que les médecins retraités et d'autres professionnels de santé avaient été sollicités pour venir donner un coup de main, si le besoin se faisait sentir.

JEAN MILHAU INQUIET

Certains médecins jugent que cette organisation est disproportionnée, eu égard à la virulence d'un virus : « Oui, nous sommes énervés, note ce généraliste cadurcien. Que je sache, on sait traiter la grippe. On voit surtout que c'est du grand n'importe quoi, avec beaucoup d'atermoiements. Et si les gens tombent malades en même temps, comment fera-t-on ? ».

Cette interrogation vient d'être relayée par le sénateur (PRG) du Lot, Jean Milhau, qui a interpellé cette semaine, le ministre de la Santé, au Sénat : «« Vous avez annoncé hier l'achat par la France de 94 millions de doses de vaccins. Si de tels chiffres peuvent laisser penser que le problème est maîtrisé par le Gouvernement, ils démontrent surtout que la propagation du virus, pour le dernier trimestre de l'année 2009, représente une menace bien réelle pour la population, contrairement à toutes les déclarations rassurantes entendues jusqu'ici. Car, malgré la décision de l'OMS de déclarer une pandémie, la France maintient son niveau d'alerte, compte tenu, nous dit le Gouvernement, du faible nombre de cas avérés de grippe A dans notre pays. Or, tout porte croire que la pandémie est très largement sous-estimée », estime le sénateur. Qui va plus loin : « Plus grave encore : l'absence de données fiables retarde la prise en compte de la mutation du virus. Or, nous sommes seulement à quelques semaines de la fin de l'été et des premiers rhumes automnaux. Croisé à la grippe saisonnière, le virus H1N1 a toutes les chances de gagner en virulence et en dangerosité. Et nous savons qu'aucun des 94 millions de vaccins achetés ne sera prêt avant l'automne. D'ailleurs, personne ne peut prédire aujourd'hui le moment où ils seront disponibles ».

MASQUES

La DDASS du Lot n'ignore pas toutes ces questions. Interrogée hier, le docteur Françoise Omez, se montre prudente : « L'ensemble des services de l'Etat et du monde économique a été sensibilisé à un plan de continuité de l'action en cas de pandémie. Il est possible qu'on ait une recrudescence du virus à l'automne ou… une décélération. Nous avons informé les médecins généralistes des conduites à tenir et nous continuerons à le faire ».

L'hypothèse d'anticiper un afflux de consultations a été étudiée.Quant aux pharmaciens, ils sont eux aussi dans le flou. Ils peuvent vendre des masques, sous prescription médicale. Et dans certains cas, sans.Bref, là aussi, le flou semble régner. Mais la population ne semble pas se ruer sur les masques. La menace de la grippe A ne… grippe pas l'été lotois.On en reparle cet automne ?

Publié dans article sur le PRG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article