L'ouverture officielle de la campagne électorale en France

Publié le par PRG

Par RFI le 25 Mai 2009 

La campagne officielle pour les élections européennes du 7 juin a débuté ce lundi à 0h00, avec ses spots télévisés et l'affichage public. La France enverra 72 eurodéputés au Parlement de Strasbourg, et cette année encore, le scrutin suscite de nombreuses vocations, alors que la participation s'annonce peu élevée.

Il y a les listes des partis politiques traditionnels, et puis il y a les autres, à thèmes : la liste Pouvoir d'achat, la liste contre la précarité et le sexisme, les antisionistes; ou encore des listes plus évocatrices comme la liste Cannabis sans frontières et la liste de La terrre sinon rien, le bonheur intérieur brut, Europe de Gibraltar à Jérusalem.

161 listes au total ont été déposées à travers toute la France. C'est la région Ile-de-France qui concentre le plus de candidats, avec 28 listes contre 11 dans l'Outre-mer.

Ce n'est pas le moindre des paradoxes de ce scrutin européen : les candidats se bousculent, mais les électeurs beaucoup moins. Moins d'un Français sur deux a l'intention d'aller voter le 7 juin, un chiffre de l'abstention qui a tendance à augmenter, selon les derniers sondages, alors même que la campagne est censée battre son plein.

Selon les règles françaises, les partis politiques qui disposent de groupes parlementaires ont droit à 2 heures de diffusion télévisée, soit 20 minutes chacun. Le Modem a obtenu par un vote in extremis au Sénat,  le statut de groupe, et sera donc dans cette catégorie. Le Parti radical de gauche qui ne présente pas de candidat aux élections européennes bénéficie également de ces 20 minutes.

Les autres partis auxquels sont rattachées des listes de candidats dans au moins 5 circonscriptions (17 en tout) se partagent 1 heure de diffusion.

Scrutin à un seul tour

Les élections européennes ont toujours peu suscité d'enthousiasme. Alors que 60% des lois votées à Paris seraient d'origine européenne, entend-on dans cette campagne, l'Europe parait toujours aussi lointaine aux Français.

La faute à qui ? Aux formations politiques, aux médias ? Cette année, c'est le mode de scrutin qui est particulièrement critiqué : les 8 grandes circonscriptions régionales ne correspondent à aucune réalité géographique, dénoncent les petits partis. Plus grave, beaucoup d'électeurs croient encore aujourd'hui que cette élection se déroule sur deux tours. Les partis politiques ont encore deux semaines pour faire de la pédagogie.

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article