Les Brigades Rouges pendant les "années de plomb"

Les Brigades Rouges (BR), le groupe armé italien d'extrême gauche dont l'ex-terroriste Marina Petrella a été membre, a été l'un des principaux acteurs des "années de plomb" qui ont ensanglanté l'Italie avec en particulier l'assassinat du leader politique Aldo Moro en 1978.

Nées dans le terreau de l'extrême gauche

- Fondées en 1973 par un intellectuel, le sociologue Renato Curcio, les Brigades Rouges sont nées de la radicalisation de groupes d'extrême gauche après mai 1968, un hiver 1969 agité et une série d'attentats sanglants impliquant services secrets et réseaux fascistes comme celui de la Place Fontana à Milan (16 morts).

- Les opérations des groupes armés d'extrême gauche ajoutées à celles du "terrorisme noir" (néo-fasciste) ont fait au total 415 morts au cours de quelque 15.000 attentats dans les années 1969-1988.

- Certains de ces groupes basculent alors dans la lutte armée dans un contexte où règnent deux grandes forces politiques, la Démocratie Chrétienne (DC) au pouvoir et le Parti communiste (PCI), le plus grand d'Europe.

L'idéologie et les méthodes

- Les Brigades rouges, prônant l'idéologie marxiste-léniniste, s'enfoncent peu à peu dans la clandestinité et le terrorisme. Les BR blessent aux jambes ou tuent en signe d'avertissement des dizaines de magistrats, des hommes politiques, des journalistes, des industriels au cours des années 70.

- En 1973, la première action violente des BR est la prise en otage du directeur du personnel des usines automobiles FIAT.
- En 1974 débutent les enlèvements avec, le 18 avril, celui d'un magistrat de Gênes, soumis à un "procès du peuple" et libéré 35 jours plus tard.
- En 1978, Aldo Moro est enlevé à Rome et cinq membres de son escorte sont tués le 16 mars. L'otage est retrouvé mort 55 jours plus tard dans le coffre d'une voiture placée symboliquement à proximité des sièges du PCI et de la DC.

L'enlèvement et l'assassinat du leader de la Démocratie Chrétienne, Aldo Moro, en 1978, a constitué l'apogée du terrorisme des BR.

L'après- Brigades Rouges


- A la fin des années 1970 - début des années 1980des scissions apparaissent au sein du mouvement.
Gardant le même sigle que les BR (une étoile à cinq branches) les Brigades Rouges pour un Parti communiste combattant (BR-PCC) ont signé plusieurs attentats, la justice leur attribuant notamment le meurtre du diplomate américain Leamon Hunt en 1984.

- De "nouvelles" Brigades rouges-PCC ont ensuite assassiné deux consultants du gouvernement en droit du travail, Massimo D'Antona (1999 à Rome) et Marco Biagi (2002 à Bologne).

- Dernière résurgence en date, une quinzaine de personnes, soupçonnées de préparer plusieurs attentats et se réclamant des BR ont été arrêtées à la mi-février 2007 à Milan (nord).