Saint-Vincent : l'esplanade sans voitures fait réagir

Publié le par PRG

Ouest France
Le 23 Mai

En interdisant les voitures le long du Jardin des douves, l'Adcim craint de voir intra-muros déserté. Le Parti radical de gauche, pour sa part, encourage cette piste de travail, et veut même aller plus loin en supprimant les parkings au pied des remparts.

La municipalité travaille sur un nouveau plan de circulation, en face de la porte Saint-Vincent(lire Ouest-France de mercredi). Les réactions n'ont pas tardé, réservées ou enthousiastes...

« Une rupture complète »

 

L'Association pour le développement concerté de l'intra-muros (Adcim) a fait connaître sa position sur cette hypothèse de travail, qui consisterait à supprimer la circulation le long du Jardin des douves. Rappelons que l'association défend les intérêts de ceux qui vivent et travaillent dans ce quartier historique. Face au projet de nouvelle esplanade, elle note « une rupture complète avec la situation existante ».

« Un pari dangereux »

L'Adcim partage une vision de l'avenir soucieuse de l'environnement, mais elle relève un défaut majeur, « celui de supprimer l'axe de circulation est-ouest, pratique et rapide, et que nous croyons indispensable à l'irrigation de l'intra-muros et à la régulation des flux au quotidien ».

Selon Marie-Charlotte Lescault, la présidente, « c'est un pari dangereux et lourd de conséquences, en particulier aux heures de pointe. Ce nouveau plan de circulation risque d'engendrer chez les usagers une lassitude propre à leur faire déserter l'Intra. » D'autre part, l'association s'interroge sur l'importance donnée à l'espace réservé aux bus « dans la mesure où le pôle intermodal a été transféré à la gare ».

Une troisième solution ?

Malgré ces réserves, l'Adcim ne veut pas revenir à l'ancien schéma, elle propose une troisième solution intégrant plusieurs priorités : maintien des axes de circulation est-ouest et nord-sud, avec soit comblement (mais sans destruction) du décapsuleur, soit prolongement de celui-ci en souterrain le long des Douves.

Elle préconise aussi le regroupement des bus sur un même terminal, la mise en service très rapide du transport en commun en site propre, un grand espace paysagé autour de l'actuel Jardin des douves, des accès privilégiés et sécurisés pour les piétons et des cyclistes, et surtout « le maintien d'un nombre significatif de places de parking en surface ».

Le Sillon rendu aux piétons

Autre réaction, celle de Michel Gendrot et Stéphane Perrin. Les deux élus du Parti radical de gauche ont beau siéger dans l'opposition, ils saluent cette réflexion sur la nouvelle esplanade car « elle s'inscrit dans notre propre démarche de ces dernières années : priorité aux piétons, aux circulations douces, aux transports en commun et à la végétalisation du lieu ».

Mais ils veulent aller encore plus loin, en ajoutant la semi-piétonnisation du Sillon avec un espace de rencontre, « permettant ainsi une circulation douce et continue entre Rochebonne et l'intra-muros ».

Pas de parkingsau pied des remparts

Entre les portes Saint-Vincent et Saint-Louis, les deux conseillers municipaux souhaitent supprimer les parkings au pied des remparts, pour les transférer en face, quai Vauban, « au profit d'une circulation piétonnière et cyclable dans un cadre paysager, avec une modification du tracé de la route ».

Sur l'eau, de la gare à intra-muros

Comme le maire, ils suggèrent l'idée d'une navette maritime, entre la gare et l'intra-muros, avec un embarcadère quai Duguay-Trouin. Enfin, l'annonce des projets tels que le transport en commun en site propre, ou le parking aérien de la gare « ne peut que nous satisfaire. Autant de chantiers qui, espérons-le, permettront de porter un peu remède à une situation de l'emploi qui se dégrade et à une situation sociale qui ne cesse de s'aggraver. »

 

 

Olivier BERREZAI.
Ouest-France

Publié dans article sur le PRG

Commenter cet article