Les Perpignanais votent pour élire leur nouveau conseil municipal

Publié le par PRG

PERPIGNAN, 28 juin 2009 (AFP) - Les Perpignanais ont commencé à voter dimanche au 2ème tour de l'élection municipale, après l'annulation du scrutin de 2008 pour fraude électorale, lors d'une triangulaire opposant le maire UMP sortant à une socialiste et à un dissident socialiste allié au Modem et aux Verts.

Jean-Paul Alduy, 67 ans, sénateur-maire de cette ville de 110.000 habitants depuis 1993, ayant totalisé plus de 40% des voix au 1er tour, fait figure de favori en raison de la rivalité entre la candidate investie par le PS, Mme Jacqueline Amiel-Donat (PS-PCF-MRC-PRG-CDC), et un dissident du PS allié au Modem et aux Verts, Jean Codognès.

Mme Amiel-Donat et M. Codognès avaient fait cause commune en mars 2008, mettant M. Alduy en danger. A la tête d'une liste d'union de la gauche et du Modem, Mme Amiel-Donat avait échoué de 574 voix face à M. Alduy, lors d'une triangulaire avec le Front national (FN).

Dimanche dernier, avec 40,35% des suffrages exprimés, Jean-Paul Alduy avait largement devancé Jacqueline Amiel-Donat (24,75%) et Jean Codognès (14,19%).

Le candidat du FN Louis Aliot (9,42 %) avait été éliminé au premier tour.

Ayant légèrement amélioré son score de 2008, M. Alduy ne semble pas avoir été affecté par l'invalidation du scrutin due à la "fraude à la chaussette".

L'an dernier, lors du dépouillement du second tour, le président d'un bureau de vote, frère d'un colistier de M. Alduy, avait été surpris avec des bulletins de vote et des enveloppes dans ses poches et ses chaussettes.

 

Publié dans dépêche sur le PRG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article